Société

Un cabri conduit deux hommes à la gendarmerie de Zuénoula

Mis à jour le 3 octobre 2019
Publié le 03/10/2019 à 2:06 , , , ,




Ce ne sont pas tous les cabris (boucs) qui sont bons à manger. Surtout quand l’acquisition ne se fait pas dans les conditions légales et idoines. C’est ce qui s’est passé dans un village de Zuénoula, au Centre du pays.

Face à la récurrence des vols de ses cabris, rapporte une source bien au fait de l’affaire, « Le propriétaire du cabri envoie les dozos pour retrouver le voleur. » Sur place, les chasseurs traditionnels, craints pour leur supposé pouvoir mystique, parviennent à retrouver le présumé voleur. Mais, dans des circonstances que la gendarmerie s’emploie à élucider, « les dozos tuent le voleur qui est un jeune du village » rapporte cette source.

« Actuellement le dozo et le propriétaire du cabri sont à la gendarmerie le calme est revenu au village » précise ce jeune qui suit l’affaire.

Mais, selon Arsène To Bi, qui fait un post y relatif ce 30 septembre, cette affaire aurait déclenché à « Zuénoula, de vives tensions entre chasseurs traditionnels dozo et la communauté autochtone, suite à la mort d’un jeune Gouro. »

La précision apportée sur la communauté « autochtone » traduit bien l’intention de ce jeune d’appeler à une insurrection contre ces chasseurs qui ne sont pas « autochtones ».

Il a donc fallu la réactivité d’un autre jeune, Maxime Séri Bi, qui soutient qu’il « n’y a aucun problème entre les Gouro et les dozo à Zuénoula » et rapporter les faits dans leur détail, pour éclaircir la lanterne de tous. Au final l’objectif visé par le posteur n’a pas été atteint. Toutefois, le dernier cabri volé a conduit à la mort d’un jeune, et conduit le dozo tireur et le propriétaire à la brigade de gendarmerie de Zuénoula. Comme quoi, le cabri se révèle bien coriace.

Adam’s Régis SOUAGA

7info.ci_logo

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter 7info

L’INFO, VU DE CÔTE D’IVOIRE