Culture

Le COVID 19 tue l’anniversaire de mort Bob Marley, à Abidjan mais pas à l’intérieur du pays

Mis à jour le 11 mai 2020
Publié le 11/05/2020 à 2:32 , , , , , ,
  ;
  ;

Un 11 mai pas comme les autres. Le 39e anniversaire de la mort du roi du reggae se fera sous les ordres de la pandémie à Coronavirus, covid-19. « Des posts sur Facebook avec ses célèbres phrases », sur les réseaux sociaux, voici la vision de cette célébration 2020 de cet anniversaire post mortem, selon Indiane Franck Kouakou, un amateur de ce style musical bien connu sur la place abidjanaise. 

Cela fait 39 ans aujourd’hui que la star jamaïcaine, devenue une icône mondiale est décédée. Cette occasion qui est marquée par des célébrations organisées aux quatre coins du monde, sera très spéciale cette année à cause de la pandémie à Coronavirus, Covid-19, qui a imposé sa discipline de fer et empêche les rassemblements.

Avec le confinement généralisé dans plusieurs pays à travers le monde qu’impose cette crise sanitaire, Bob Marley ne recevra pas les hommages qu’il a reçus depuis sa disparition en 1981.

La 3e capitale du Reggae mondial derrière Kingston ( Jamaïque) et Londres (Angleterre), Abidjan ne sera pas épargnée par cette triste réalité. Elle, qui chaque année était en ébullition avec des concerts organisés un peu partout.

Avec la reprise des activités à l’intérieur du pays, la célébration du roi du reggae est à l’agenda des radios et des maquis. Joint par 7info, Hamed Billy, directeur des programmes de Foundara FM à Ferké, soutient que « depuis ce matin, dans toutes les émissions, la musique reggae est sur les conducteurs, la biographie de Bob Marley égrenée. Dans des maquis comme les Champs Elysées, Au zénith ou le tunnel, des shows spéciaux sont au rendez-vous ce soir ».

A lire aussi: LE MOLARE PRESENTE SES EXCUSES APRES LA SOIREE D’ANNIVERSAIRE D’EMMA LOHOUES

Mais, les acteurs et les fans du Reggae ne veulent pas se laisser décourager, même étant confinés chez eux, ils veulent marquer cette célébration. En tout cas, c’est ce qu’à fait savoir Koné Seydou, journaliste culturel et spécialiste reggae qui a confié à 7info.ci que « les artistes vont respecter le confinement. Il n’aura certes, pas de concerts dans les lieux publics, mais ils vont jouer la musique chez eux à la maison », fait t-il savoir.

Pour cet acteur et promoteur de la musique Reggae en Côte d’Ivoire, Indiane Franck Kouakou, c’est « garder la flamme allumée malgré la situation dûe au COVID 19″. Selon lui, la célébration se fera par des posts sur Facebook avec des célèbres phrases du roi du reggae.

Avec la crise sanitaire qui n’épargne personne, avec la pauvreté qui se généralise, Franck Kouakou invite les riches à faire comme le roi du reggae, Bob Marley, qui selon lui a toujours soutenu les pauvres jusqu’à sa mort. Il interpelle les riches à faire preuve de solidarité pendant cette pandémie, pour en quelque sorte rendre hommage au « king » du reggae.

Le pape du reggae décédé il y a trente-neuf ans des suites d’un cancer généralisé, continue de fait vibrer les mélomanes. Même s’il n’aura pour ce 11 mai 2020, des concerts géants organisé un peu partout dans le monde en sa mémoire, ces belles chansons quant  à elles vont sonner cette journée.

Sa musique comme son personnage restent pour ses adeptes, symboles de contestation, de désir d’émancipation et de liberté.

Avec plus de 200 millions d’albums vendus dans le monde, Robert Nesta Marley a fait vibrer la planète au son de sa musique engagée. Malgré sa disparition prématurée  à l’âge de 36 ans, le chanteur a su fédérer nombre de générations jusqu’à aujourd’hui.

Né le 6 février 1945, d’une mère noire de 18 ans et d’un quinquagénaire blanc, Anglais d’origine et officier de la Navy, Bob Marley quitte son village dès l’adolescence pour échouer dans le ghetto, à Kingston. Là, en compagnie de Bunny Wailer et de Peter Tosh, il chante la soul américaine diffusée par les radios de Miami et fonde les Wailers en 1962. Il est mort le 11 mai 1981.

Drissa DIANE 

7info.ci 

7info.ci_logo

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter 7info

L’INFO, VU DE CÔTE D’IVOIRE