Société

La police municipale de Yopougon réagit à la grève des transporteurs dans sa commune

Mis à jour le 14 janvier 2020
Publié le 14/01/2020 à 12:55 ,
  ;
  ;

Accusée d’être à la base de la grève des transporteurs en cours ce mardi 14 janvier sur son territoire, la mairie de Yopougon réagit. Le chef de la police municipale, chargé de faire appliquer les décisions du maire, s’est confié à 7info.ci.

Les chauffeurs de la plus grande commune de Côte d’Ivoire (Yopougon) sont en grève depuis ce mardi 14 janvier matin. Ils accusent la mairie de les empêcher de vaquer librement à leur occupation, suite l’application de l’arrêté municipal interdisant les automobilistes de stationner « n’importe comment » dans cette cité.

« Un arrêté municipal a été pris par le maire. L’objectif de cette décision est de lutter contre l’incivisme sur toute l’étendue de la commune. Malheureusement, les syndicats des transports habitués au désordre s’opposent à l’application de cette décision du maire », explique à 7info.ci le colonel Tra Zobi, Directeur de la police municipale de Yopougon.

Pour le chef de la police municipale, la décision du maire Koné Kafana est salutaire. Elle met fin aux stationnements anarchiques des véhicules. « Cette décision est salutaire. Elle met fin aux stationnements sauvages des véhicules, les gens feront plus leurs besoins urinaires n’importe comment dans les rues comme par le passé. Notre commune doit changer de visage », insiste-il.

Dans un arrêté municipal, le maire Gilbert Kafana Koné s’est engagé à mettre fin aux désordres urbains grandissants  dans la commune de Yopougon. Il a pris une série de décisions pour intensifier la lutte avec la montée en puissance de la Police municipale. Désormais tout acte d’incivisme ou de désordre urbain est puni d’une amende allant de 5.000 FCFA à 50.000 FCFA. Tout auteur d’acte d’incivisme sur les routes et les espaces publics et tous les actes qui sont de nature à dégrader l’environnement, paieront ces montants de contravention à la Régie de la Mairie de Yopougon. Seront épinglés les mauvaises conduites automobiles, obstruction des voies, barrages anarchiques de voies, nuisance sonores et le déversement des eaux usées et des ordures dans les conduites d’eau et sur les espaces publics de la commune.

Aucun cas de violence n’a été signalée, ce malgré l’atmosphère tendue entre policiers municipaux et transporteurs ce mardi matin.

Arnaud Houssou
7info.ci

7info.ci_logo

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter 7info

L’INFO, VU DE CÔTE D’IVOIRE