Culture

Les fans de DJ Arafat de Bouaké saluent la mémoire de l’artiste

Mis à jour le 2 septembre 2019
Publié le 31/08/2019 à 11:30 , , , , ,




Arraché brusquement à l’âge de 33 ans, le 12 août dernier par la mort suite à un accident de moto, un dernier hommage a été rendu à DJ Arafat par «  la Chine  » de Bouaké.

Différent de celui d’Abidjan, les * chinois * de la commune de Bouaké ont, à une manière particulière dit adieu à leur star. La ferveur de la << Chine >> ne s’est pas démentie dans l’après-midi du vendredi 30 août sur le boulevard du Carnaval. Des dizaines de milliers de fans de la star du coupé décalé se sont réunis sur le boulevard du carnaval, abordant des tee-shirts à l’effigie de leur idole. Certains avaient le drapeau de la Chine pour prouver leur appartenance à la république de DJ Arafat. Une parade de motos a été offerte par les * Daïshikans * de Bouaké.

Mais avant, tôt le matin dans les quartier, certains fans de l’artiste se regroupaient pour rendre hommage à leur idole. Comme constaté par 7info.ci au quartier Broukro, au bord de la voie principale, des « Chinois » badigeonnés de kaolin pour certains, vêtus de tee-shirts à l’effigie de Dj Arafat, scandaient << repose en paix, le Daïshi. Nous ne t’oublierons jamais >>, jouant le CD du dernier album << moto moto >>.

Ya Richard, étudiant a exprimé sa déception face à la disparition brusque du jeune chanteur. << ah pourquoi sitôt ? L’homme noir est méchant. Il nous a fait oublier beaucoup de peine avec sa musique. Il nous a fait danser >> a-t-il fait savoir. A Ahougnansou, même son de cloche.

<< c’est notre idole. C’est le meilleur artiste du moment. Daïshi, sache que tu seras gravé à jamais dans notre mémoire. Repose en paix >> confie à 7info.ci, Gadié Angel, en pleurant. Et ce dans presque tous les quartiers de la ville de Bouaké.

Au quartier Zone, c’est le même constat fait par 7info.ci. Les jeunes fans de DJ Arafat réclamaient le corps du défunt à Bouaké avant l’inhumation à Abidjan. << ils faut que les gens sachent que la Chine est un grand pays. Et Bouaké en fait partie. Nous souhaitons voir le corps de notre Daïshikan avant son inhumation. Nous pleurons notre roi. Que la terre lui soit légère >> a fait savoir, Zeblé Cynthias, enseignante préscolaire.

Oscar de ouellé, correspondance particulière pour 7info.ci

7info.ci_logo

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter 7info

L’INFO, VU DE CÔTE D’IVOIRE