Politique

Guillaume Soro clarifie sa posture sur la présidentielle de 2020 depuis Paris

Mis à jour le 14 août 2019
Publié le 14/08/2019 à 6:54 , ,

Prenant part au CRUSH Party, organisé par ses partisans de la France, le samedi 10 août dernier, l’ex Président de l’Assemblée Nationale, Guillaume Soro a indiqué que d’ici le mois de septembre-octobre quelque chose se passera. Il s’est également prononcé sur la rencontre des deux ex-Présidents, Laurent Gbagbo et Henri Konan Bédié à Bruxelles.

Une fois encore, l’ex-Président de l’Assemblée Nationale et député de Ferké, montre sa volonté de tracer et de suivre sa propre voie et ne plus compter sur quelqu’un. « Laurent Gbagbo a été candidat face à Félix Houphouët Boigny à 45 ans, Barack Obama a été président des Etats Unis à 47 ans et moi j’ai 47 ans, vous voulez que j’aille demander permission à quelqu’un pour être candidat, pourquoi ? J’ai 47 ans révolu et j’entends assumer mes responsabilités et j’irai dans le sens de ce que les ivoiriens auront décidé, car en définitive en démocratie seul le peuple décide », a rappelé Guillaume Soro. Pour ce faire, il demande à ses partisans de rester unis pour accompagner ce qui sera réalisé dans les prochains mois.

Guillaume Soro a fait savoir qu’il va assumer sa responsabilité dans ce processus de réconciliation nationale. « Je vais assumer mes responsabilités. J’ai 47 ans révolu et je ne serai sous la tutelle de personne parce que j’entends certains dire qu’il faut revenir dans la maison du père. Un enfant qui reste dans la maison de son père à 47 ans, c’est un vaurien », a-t-il estimé.

Plus que jamais l’ex président de l’Assemblée Nationale, Guillaume Soro veut faire cavalier tout seul. Au cours du CRUSH Party organisé par ses partisans de Paris, Guillaume Soro a fait savoir qu’à 47 ans révolus un enfant ne doit plus rester dans la maison de son père. Tout en expliquant son engagement en faveur de la réconciliation nationale en Côte d’Ivoire, il a indiqué que d’ici septembre-octobre quelque va se passer. «   Nous voulons construire la nation où les peuples de Côte d’Ivoire vont s’unir pour être le seul peuple de Côte d’Ivoire, c’est pour cela vous avez entendu dire qu’il va se passer quelque chose. Chers amis, d’ici septembre-octobre, quelque chose se passera », a-t-il déclaré devant plusieurs mouvements et associations qui se réclament de lui.

Après son passage à la présidence de l’hémicycle, Guillaume Soro a créé le “Comité Politique“, un mouvement qui lui permet de participer au débat politique national.

C’est dans cette veine qu’a été organisé, ce dimanche 11 août à Paris un CRUSH par ses partisans de France. Au cours de ce meeting, Guillaume Soro a abordé plusieurs sujets de l’actualité politique, notamment la rencontre entre les deux ex-présidents de Côte d’Ivoire, que sont Laurent Gbagbo et Henri Konan Bédié, le 29 juillet dernier à Bruxelles. Pour lui, cette rencontre est un moment de réconciliation. Il s’est en outre réjouit de ce que le processus qu’il a engagé, soit repris par toute la classe politique ivoirienne.

Guillaume Soro séjourne dans la capitale française après son bras de fer perdu pour la présidence de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie face à l’actuel Président de l’Assemblée Nationale, Amadou Soumahoro. Avant la France, il était d’abord au Maroc et en Turquie.

DIANE Drissa

7info.ci

7info.ci_logo

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter 7info

L’INFO, VU DE CÔTE D’IVOIRE