Eco-business

Farikou change le visage d’Adjamé, les commerçants grincent les dents

Mis à jour le 8 novembre 2019
Publié le 08/11/2019 à 5:55 , , ,




C’était une promesse de campagne, et il la réalise. Depuis deux mois, le maire d’Adjamé, Soumahoro Farikou procède au déguerpissement des trottoirs et à l’érection des murs sur les ronds-points. 7info.ci s’est rendu sur les lieux pour le constat.

C’est un nouveau visage que présente désormais le boulevard Nangui Abrogoua. Cette rue autrefois bondée de monde et d’immondices a subi un lifting. En lieu et place du brouhaha auquel cette partie d’Adjamé a habitué les abidjanais, un ordre relatif règne maintenant. La circulation est devenue fluide. Les trottoirs, autrefois, lieu de stationnement anarchique des véhicules de transport en commun plus connu sous l’appellation ‘’Gbaka’’ et ‘’Wôrô wôrô’’, c’est désormais le désert. Les acteurs du commerce ont été déguerpis. Les trottoirs sont débarrassés des ordures qui les jonchaient. Des murs ont été érigés. La présence des auxiliaires de la police municipale est remarquée. Ces agents veillent à la non recolonisation des sites.

Le maire de la commune d’Adjamé est lui-même commerçant, président de la fédération nationale des commerçants de Côte d’Ivoire (Fenacci).

A la mairie, les enjeux de cette action nouvelle dans la commune sont donnés. « Réussir ce projet, c’est réussir 70% de mandat municipal », a confié à 7info.ci, Sanogo Fatogoma, le Directeur de cabinet. Il indique que pour la réalisation de ce projet phare, la mairie a mobilisé les moyens humains et financiers. 300 jeunes d’Adjamé ont été recrutés et déployés pour empêcher l’installation des commerçants sur les voies et devant les grands magasins. Des murs ont été construits au niveau des ronds-points de la grande mosquée et de liberté pour empêcher le stationnement anarchique des véhicules ‘’ Gbaka et Wôrô wôrô’’.

S’agissant de la relocalisation des commerçants déguerpis, le Directeur de cabinet rassure que des solutions ont été trouvées. « Ils ont été relogés au marché Gouro », un site situé à quelques encablures du boulevard Nangui Abrogoua, répond-il. Il ajoute que ces mesures répondent au désir de la mairie d’embellir la commune d’Adjamé et principalement le boulevard Nangui Abrogoua.

 L’initiative de la mairie suscite des réactions au sein de la population. « Ce qu’a fait le maire n’est pas bon. Qu’il nous laisse nous installer sur le boulevard car actuellement il n’y a pas de place ailleurs pour vendre », se plaint une commerçante sous le sceau de l’anonymat. « L’action du maire plaît à des passants, mais pas aux commerçants. Désormais, il est difficile d’avoir les marchandises à bon prix comme c’était le cas avec les commerçants installés sur le boulevard. Avec les tenanciers de magasins, les prix sont élevés pour nous qui venons faire des achats en gros à Adjamé », renchérit Fatim Zara, vendeuse de pagnes à Yopougon.

Si le déguerpissement occasionne des grincements de dents, il est applaudi par d’autres commerçants. « Il faut saluer l’action de déguerpissement du maire Farikou. Aujourd’hui, il est possible d’avoir des clients qui se déplacent avec leur véhicule jusque devant nos commerces. Cela n’était pas le cas auparavant. En tout cas depuis le changement, les choses marchent pour moi », soutient N’Diaye N’Gouda commerçant de vêtements féminins.

Comme on le voit, les avis sont partagés sur l’action de la mairie d’Adjamé. Mais une chose est certaine, la circulation est désormais fluide sur le boulevard Nangui Abrogoua.

Alexis Djo Bi ( stagiaire)

7info.ci

7info.ci_logo

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter 7info

L’INFO, VU DE CÔTE D’IVOIRE