Sport

Éliminatoires CAN 2022, quand le Covid joue les trouble-fête

Mis à jour le 12 mai 2021
Publié le 24/03/2021 à 7:00 , , , , ,
les éléphants de Cote d'Ivoire

La maladie à nouveau coronavirus covid-19 pèse déjà sur le déroulement des éliminatoires de la CAN 2022.

La pandémie de Coronavirus dans le premier trimestre de l’année 2020 a fortement impacté l’univers du sport, et particulièrement le football. Depuis l’annonce faite par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), les restrictions ont été prises par les instances du sport roi pour minimiser les risques de propagation du virus. Une situation qui fausse le rythme initial des compétitions internationales. L’Afrique n’est pas en marge de cette situation. Les deux ultimes journées de la phase éliminatoire de la CAN 2022 en pâtissent déjà.

Une trêve internationale sur fond de tensions

Les deux dernières journées des phases de qualification pour la CAN 2022 ravivent les tensions dans les sphères décisionnelles du football entre dirigeants du football africain et européen. Pour éviter d’exposer leurs poulains au COVID-19, les clubs de Ligue 1 et Ligue 2 françaises ont voté à l’unanimité la volonté de garder leurs internationaux sur place en France. La décision crée émoi et colère dans les sélections africaines. La Côte d’Ivoire, le Sénégal, le Ghana, le Cameroun sont en passe de payer les frais.

Le cas de la Côte d’Ivoire

Leader du groupe K avec 07 points, les Éléphants de Côte d’Ivoire sont bien partis pour obtenir leur ticket de qualification pour la CAN qui se jouera en 2022 au pays des Lions indomptables. Mais privé de Sébastien Haller et Ouattara Zié (sociétaires de l’Ajax Amsterdam et de Victoria Guimares), récemment testés positifs au COVID-19, Patrice Beaumelle fait le choix de la mixité et opte pour les locaux pour venir à bout du Niger et de l’Éthiopie, les 26 et 30 mars 2021.

Ainsi, Eliezer Tapé, le portier de FC San-Pedro fait son entrée sur la liste des 30 pachydermes convoqués par le sélectionneur des Éléphants. On note également la présence de joueurs évoluant dans les championnats africains : Badra Ali Sangaré (Free States / D2 Afrique du Sud), Ousmane Ouattara (Vita Club / RDC), Fousseny Coulibaly (Espérance Sportive de Tunis) et Christian Koffi Kouamé (TP Mazembé).

A LIRE AUSSI: Le Coronavirus a eu raison de la CAN 2021

Figurent aussi sur la liste provisoire Maxwell Cornet, Sinaly Diomandé (Olympique Lyonnais) et Seko Fofana (RC Lens) en attendant que les négociations aboutissent avec les responsables de clubs.

Le choix des locaux, le bon joker ?

Ces deux dernières journées de qualification pour la CAN 2022 revêtent un caractère singulier. Face à la contrainte COVID-19, les sélections africaines ont fait le choix des talents locaux pour défendre leurs nations. En Côte d’Ivoire, les noms sont connus et rassurent les aficionados du ballon rond. Mais une question reste en suspens : seront-ils à la hauteur des attentes des Ivoiriens ?

Bien qu’évoluant dans les championnats ivoiriens et africains, les locaux représentent l’avenir de la ‘’Séléphanto’’. Les preuves sont légion. Prenons le cas de l’équipe junior de Côte d’Ivoire, dont l’effectif, fortement constitué de joueurs évoluant dans les clubs africains, s’est illustré de fort belle manière lors de la Coupe d’Afrique des Nations U20 avant de s’incliner en finale face à l’Égypte, à l’été 2020.

Finaliste malheureux, les poulains de Beugré Yago ont rendu fiers les passionnés de football. Une valeur sûre à exploiter et suivre de près pour les futures compétitions internationales.

En attendant l’issue des discussions, les Ivoiriens restent optimistes avec le regard tourné vers Niamey et Abidjan.

 

Ephrem Thora

Contribution particulière

7info.ci_logo

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter 7info

L’INFO, VU DE CÔTE D’IVOIRE