Société

Plus de 3 milliards FCFA décaissés par le FDFP pour 70 projets de formation

Mis à jour le 11 août 2020
Publié le 11/08/2020 à 11:24 , ,




Le fonds de développement de la formation professionnelle (FDFP) a une administration à l’écoute de ses partenaires. La preuve a été faite ce jour, à Daloa avec des correctifs apportés à des préoccupations en 2019 par les partenaires.

Sous la houlette de Ange Leonid Battesti, Secrétaire Général du FDFP, le bilan a été fait pour l’antenne de Daloa et pour l’ensemble des six antennes. Il en ressort qu’en 1 an, là où il fallait attendre 3 ans, le FDFP a décaissé un peu plus de 3 milliards FCFA pour le financement de 70 projets au plan national. A Daloa, en 2019, ce sont 3 projets qui ont bénéficié de plus de 103 millions FCFA et au titre des projets collectifs, 1 milliard 200 millions FCFA.

Christophe Konan, chef d’antenne FDFP de Daloa a indiqué que des mesures ont été prises pour corriger les retards de paiement. La structure dont le comité de gestion est Joël N’guessan ne s’est pas arrêtée en si bon chemin dans sa volonté de rassurer ses partenaires. Ainsi, le délai de traitement des agréments est réduit grâce à l’augmentation du nombre des commissions permanentes et des comités de gestion.

L’externalisation des activités de contrôle est passée de 3 à 1 an. « Petit à petit, nous allons raccourcir les délais » a assuré Ange Leonid Battesti. 8 milliards FCFA ont été décaissés pour la rétribution de 3906 actions effectuées entre 2014 et 2018 après le contrôle assuré par un cabinet privé. De 2016 à 2018, les actions contrôlées et liquidées, sont de 2309 actions pour un financement de 2 milliards 211 millions FCFA.

« En termes de décaissement, nous avons pu payer en 1 an, un peu plus de 3 milliards FCFA » s’est satisfait le Secrétaire Général du FDFP. Les projets de formation ont « un délai de paiement de 28 jours », a-t-il tenu à préciser.

La solution aux difficultés de fonctionnement des antennes est apportée par la rotation des chefs d’antenne, le rajeunissement du personnel pour plus d’efficacité et un appui aux très petites entreprises relativement à l’appui aux non cotisants.

A Daloa, 386 plans de formation et 449 actions pour un coût de plus de 228 millions FCFA ont été assurés par le FDFP.

Touré Aboubacar, un jeune artisan du secteur cuir, en formation de 2006 à nos jours, souhaite bénéficier de l’appui du FDFP pour son installation et son autonomie. Tapé Guy Claver, secrétaire général adjoint de la coopérative des artisans cordonniers de Daloa, plaide au nom de ses pairs pour l’installation d’une unité industrielle de fabrication de cuir. Pour l’heure, le cuir provient du Burkina Faso et le déficit, crée des désagréments aux artisans. « On a été satisfait de la prise de contact avec le Secrétaire Général du FDFP. Le matériau ne provient pas de chez nous. Notre préoccupation est l’installation d’une usine pour être autonome, car souvent,  il y a un manque de cuir au Burkina Faso. Nous sommes prêts à accueillir des jeunes pour les formations » a expliqué Tapé Guy Claver.

Après Daloa, Séguéla, Mankono et Bouaké recevront la délégation du FDFP qui entend mieux s’ouvrir à ses partenaires et à la jeunesse en quête de formation et d’insertion professionnelle.

Adam’s Régis SOUAGA, envoyé spécial à Daloa

7info.ci_logo

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter 7info

L’INFO, VU DE CÔTE D’IVOIRE