Politique

Michel Gueu, le nouveau Général du PDCI-RDA pour la bataille de 2020 !

Mis à jour le 3 décembre 2019
Publié le 03/12/2019 à 12:05 , , , , , ,




Le membre actif de la plateforme des leaders croyants pour la paix, la réconciliation, la cohésion sociale et le développement (PCRD) a décidé de militer au PDCI-RDA. Ce lundi, en début de soirée, Michel Gueu est à la maison du parti, à Cocody pour des entretiens, lui qui vient d’être nommé Vice-président du PDCI-RDA en compagnie de Gilbert Bleu Lainé, qui a fait une belle promenade politique.

Les deux cadres Dan, de Man, ont répondu à l’appel d’Henri Konan Bédié, changeant un peu le visage d’un parti considéré comme le canari des Baoulé.

Le choix de Michel Gueu, lui dénote d’une stratégie finement pensée par le Sphinx de Daoukro, invité à se mettre en retrait, au regard de son âge, par Alassane Ouattara (lui-même compte en faire autant) pour passer la main à une nouvelle génération.

Pas si sûr que l’ancien député de Daoukro entende les choses de cette oreille. En nommant Michel Gueu, dans la haute hiérarchie de son parti, il a bien une stratégie, un plan d’avenir pour le Général de Corps d’Armée, commandant du palais après 2011, chef d’état-major particulier du Président Ouattara avant sa prise de retraite et sa nomination au poste de président du conseil d’administration de Côte d’Ivoire Telecom.

« Aux politiques, je leur demande de se parler, de s’entendre, la Côte d’Ivoire c’est notre seule mère à tous et c’est la seule mère. On doit donc la préserver de toute aventure. Ces hommes politiques, quels qu’ils soient, se parlent. La politique d’accord mais d’abord l’entente, la compréhension avant tout. Qu’ils se retrouvent pour se parler, quelqu’un disait aussi s’asseoir pour discuter mais qu’ils s’asseyent pour se parler. C’est des incompréhensions et il faut pouvoir aller au-delà et il faut pouvoir aller dans le sens de la paix, de l’harmonie, dans le sens de la cohésion » recommandait Michel Gueu lors d’un entretien exclusif accordé à 7info, en marge de la cérémonie de prise de commandement du Col Fofana Losseny, au 3è Bataillon d’infanterie de Bouaké.

Vient-il pour engager le dialogue inter-houphouétistes ? Rien n’est moins sûr mais, il se peut qu’avec lui, Henri Konan Bédié dessine l’esprit de son armée future, en cas de victoire à la prochaine présidentielle d’octobre 2020.

Michel Gueu, chef d’état-major général des Armées ? « L’homme en lui-même, non, mais à défaut, cela pourrait se faire » soutient un officier supérieur des FACI à 7info.

« Sa force, il incarne le chef intellectuel, charismatique, inspirant confiance et qui peut impacter s’il s’entoure des hommes rassembleurs et aguerris au combat » révèle cet Officier qui a bien connu l’homme au sein de l’ex-armée des ex-FAFN (ex-rébellion du Nord).

Or, Michel Gueu, c’est le « père » d’un grand nombre de ces jeunes officiers de l’armée ivoirienne, le formateur. Il le dit lui-même à 7info, « Ce sont mes pures produits, pas les jeunes, ce sont surtout mes enfants. Je me devais d’être présent à cette cérémonie pour soutenir Lossény Fofana qui prend le commandement du 3è bataillon pour non seulement faire des bénédictions pour lui mais en plus lui donner des conseils parce quand on a commandé pendant près de 40 ans et qu’on est sorti tranquillement de l’armée, je pense qu’on a quelques petites expériences qu’on doit partager avec ceux qui prennent le commandement », soutenait le Général à la retraite, le 14 mars dernier, à Bouaké.

Commandant en second de la 3è région militaire quand éclate l’insurrection armée du MPCI, le 19 septembre 2002, Michel Gueu s’engage avec « ses enfants » pour combattre la troupe loyaliste qui entendait leur infliger une correction. Ce sera le contraire, à Bouaké, avec ce lundi 8 octobre 2002, qualifié de lundi noir. Michel Gueu, qui n’est pas encore officiellement intégré à la troupe du MPCI, est passé par là, avec ses « conseils » qui ont fait la différence.

C’est donc cet homme calme, à la voix basse, peu loquace mais d’une intelligence hors pair, avec un sens inné du commandement que Gilbert Bleu Lainé a su démarcher pour faire briller le flambeau de la région Ouest-DAN. Après Robert Guéï, la région n’a plus eu un haut officier à un poste de commandement supérieur de l’armée.

Michel Gueu avait bien cru son heure arrivée après avoir supervisé l’offensive générale des FRCI, à partir du 16 mars 2011, vers Abidjan. De Man où il était pour coordonner les combats contre les mercenaires libériens et miliciens ivoiriens à Duékoué, qui avaient lancé une offensive le 23 février contre une position des ex-FAFN à Bounta, déclenchant les affrontements armés de la crise postélectorale de 2010-2011, il regagne Abidjan. Jusqu’à la capture de Laurent Gbagbo le 11 avril 2011.

L’homme sait beaucoup de choses, a vu, entendu, organiser la stratégie. Avec sa nomination au poste de Vice-président du PDCI-RDA, il aura bien un rôle de super commandant en chef de l’armée d’Henri Konan Bédié. Cela passe par la victoire à l’élection présidentielle d’octobre 2020 et c’est une autre bataille que Michel Gueu va livrer.

Adam’s Régis SOUAGA

7info.ci

7info.ci_logo

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter 7info

L’INFO, VU DE CÔTE D’IVOIRE