Libre Expression

Libre Expression / J’accuse…

Mis à jour le 2 septembre 2019
Publié le 02/09/2019 à 1:30 , , ,




Depuis une trentaine d’années notre pays sombre dans les tréfonds abyssaux de l’immoralité. La décrépitude des valeurs est telle que des adolescents peuvent se permettre, sans état d’âme, de violer une sépulture et de profaner un corps fraîchement enseveli.

L’esprit du buzz a atteint un tel niveau d’indécence que l’exaltation de toutes ces contrevaleurs se fait en direct sur les réseaux sociaux sans la moindre crainte d’un quelconque retour du bâton. Toute cette débauche de voie de fait et de violence est d’autant plus grave qu’elles sont le signe annonciateur d’une crise latente et proche, dont les conséquences risques d’être dramatiques pour notre jeune nation, si nous n’y remédions pas dès à présent.

Nos dirigeants, depuis trois décennies ont érigé le développement des infrastructures et des superstructures au rang des valeurs cardinales et référentielles, malheureusement, au détriment du développement humain.

J’accuse le régime RHDP qui, de façon tout à fait cynique, a voulu faire de la récupération politico-politicienne avec la mort de DJ Arafat en étant en 1ère ligne et en se substituant quasiment à la famille du défunt dans l’organisation de ces funérailles au lieu tout simplement de se contenter de lui apporter, en tant que de besoin, son appui.

J’accuse les extrémistes de tous bords, notamment ceux du PDCI et du FPI-Gor, qui, sans même attendre la fin des obsèques, ont cru trouver dans l’organisation de celle-ci un juste motif pour critiquer le gouvernement sur des épiphénomènes alors que dans notre culture, « la trêve funéraire » commande qu’on taise nos différends au moins jusqu’à l’enterrement du défunt.

J’accuse tous ceux qui ont célébré, voire canonisé (considérer comme un Saint), Dj Arafat comme un héros national alors qu’il était principalement porteur que de nombreuses contrevaleurs et incarnait factuellement une déchéance morale certaine.

J’accuse ces « hommes de Dieu » des temps nouveaux qui, abusivement appelés « pasteur » ou « prophète » ne reculent devant aucune ignominie ou insanité morale pour se donner de la contenance en profitant de la mort fortuite d’un jeune homme pour inoculer dans l’esprit des plus faibles la haine de l’autre.

J’accuse l’hypocrisie de notre société pompeusement « pré émergente » qui a la promotion des « talents » sélective, qu’outre tombe, alors qu’ils sont ignorés ou ostracisés de leur vivant.

J’accuse notre système éducatif qui n’offre plus de repères et de modèles à notre jeunesse dont le sport favori est devenu, à l’image d’une classe dirigeante corrompue, la tricherie, le gain facile et rapide.

J’accuse le laxisme de notre de nos institutions judiciaires qui donnent des occasions à nos concitoyens de douter en la justice et l’équité sociale de notre pays en raison de l’impunité totale dont jouissent notoirement de nombreux criminels en col blanc.

J’accuse la démission de nos cellules familiales qui, de fait, ont abandonné l’éducation de nos enfants à la rue, de sorte à ce qu’ils deviennent « des enfants de la rue » comme si la rue était capable d’enfanter et qui pour se donner bonne conscience préfèrent accuser le gouvernement.

J’accuse notre exécutif gouvernemental qui ne s’illustre pas toujours de la manière la plus exemplaire en promouvant la médiocrité dans la haute administration publique ou dans l’armée où on peut devenir 1er ministre, ministre, officier supérieur dans l’armée, PCA ou DG sans en avoir les compétences requises ou, pire, par la seule force des armes ou de l’exacerberation d’un militantisme ultra partisan.

Je m’accuse d’être incapable de trouver les voies les plus efficaces pour contribuer au changement des mentalités dans mon pays. Un pays où la promotion de Homme serait l’alpha et l’oméga de la finalité de toute initiative publique ou privée.

Jean Bonin 
Juriste / citoyen ivoirien

7info.ci_logo

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter 7info

L’INFO, VU DE CÔTE D’IVOIRE