Côte d’Ivoire

Grogne sociale- Les agents de la SOGB en grève, dénonciation de salaires de misère, la direction injoignable 

Mis à jour le 3 octobre 2018
Publié le 03/10/2018 à 6:28 , ,




Ce qui était juste une doléance, s’est transformée en revendication. La situation s’est très vite enflammée à Grand Béréby, dans le sud-ouest de la Côte d’Ivoire. Les travailleurs de la Société des Caoutchoucs de Grand Béréby (SOGB) sont en grève. Ils réclament un meilleur traitement salarial.

« A l’heure où je vous parle, la situation est intenable. Tous les travailleurs sont sortis. Nous avons décidé de ne plus bouger le doigt tant que nos responsables ne comprennent pas que nous sommes des hommes et non des animaux. On nous exploite avec des salaires de misère, c’est inacceptable » réagit en colère, sous le sceau de l’anonymat, un travailleur de la SOGB à Poleafrique.info.

La Société Franco-Belge installée au sud-ouest du pays, plus précisément à Grand-Béréby et spécialisée dans le caoutchouc et l’huilerie, est dans la tourmente. Les employés ont laissé bureaux et plantations, pour arpenter les rues de la ville afin de réclamer à leurs responsables, un meilleur traitement salarial. Car disent-ils, les salaires annoncés, ne sont pas ceux reçus sur la fiche de paie. Kouassi Théophile, l’un des 32 délégués du personnel de l’entreprise, explique.

« Au départ, c’était une doléance. Vu nos salaires très bas, soit 25 000 FCFA pour l’employé simple, nous avons formulé une doléance à la direction, pour une revalorisation salariale. Mais rien. Alors les travailleurs sont entrés en grève. Un mouvement qui selon nos responsables, ne respectait pas le droit du travail et les règles syndicales. Le Sous-préfet de Dogbo, une localité à proximité, est donc venu en pompier pour leur demander de reprendre le travail car nous n’avions pas respecté la procédure légale. Et c’est ce que les travailleurs s’apprêtaient à faire, lorsque ce dernier a affirmé encore, que le Directeur Général assure que son plus petit employé perçoit un salaire de 91 000 FCFA. Pendant que moi-même en tant que délégué, je ne perçois que 55 000 FCFA » indique le délégué du personnel.

L’étincelle est donc partie de là. Les travailleurs se sont sentis exploités depuis des années sans moyens de revendication. Selon le responsable du personnel, plusieurs tentatives pour améliorer les conditions salariales des employés, ont été entreprises depuis plus de 6 ans, sans succès. Ils ont du mal à joindre les deux bouts et semblent ne pas avoir d’oreille attentive, à leur souffrance. La grève était le seul moyen de se faire entendre..

Les tentatives de joindre des responsables de l’entreprise ont été vaines. Mais Poleafrique.info reviendra sur cette affaire, dès l’évolution de la situation.

Éric Coulibaly

Source: rédaction Poleafrique.info  

7info.ci_logo

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter 7info

L’INFO, VU DE CÔTE D’IVOIRE