Eco-business

Recette fiscale 2021 estimée à environ 3000 milliards FCFA, d’où viendra l’argent ?

Mis à jour le 17 février 2021
Publié le 17/02/2021 à 4:17 , , ,

Le citoyen ivoirien doit-il s’inquiéter d’une répression fiscale alors que la direction générale des impôts prévoit environ 3000 milliards FCFA ? Non, répond un économiste.

Les recettes fiscales de 2021 sont estimées à 2.748,7 milliards FCFA, soit 396,5 milliards FCFA de plus par rapport à 2020. L’annonce a été faite le mardi 9 février 2021 par Abou Sié Ouattara, le directeur général des impôts lors du séminaire bilan de 2020 et des perspectives de l’année en cours. Si la nouvelle enchante cette régie financière qui en fait un défi à relever, l’on s’interroge sur la source de financement pour atteindre cet objectif. A juste titre, l’on se demande si cette prévision est réaliste au regard des difficultés sanitaires et politiques enregistrées dernièrement et qui ont impacté les activités.

Pour les experts en économie, le citoyen ivoirien ne devrait pas s’inquiéter. C’est aussi l’avis de Dr Boyé Roméo, macro-économiste, modélisateur et chercheur à la cellule d’analyse de politiques économiques du Centre ivoirien de recherche économique et sociale (CIRES).

A lire aussi: RECETTES FISCALES, LES IMPOTS PREVOIENT ENVIRON 3000 MILLIARDS FCFA EN 2021

« Les citoyens n’ont pas à s’inquiéter. Ce sont les mêmes mécanismes de recouvrements qui existent. Il n’y aura pas de répression fiscale », rassure-t-il.

Selon cet expert, l’objectif de 3000 milliards FCFA de recette fiscale est réaliste. A l’en croire, ce n’est pas un fait nouveau dans le pays que les impôts se fixent d’aussi gros montant comme objectif à atteindre. « Lorsque vous regardez dans le rétroviseur, il y a quelques années, le pays s’était fixé et parvenu à réaliser environ 3 500 milliards FCFA. C’est donc une revue à la baisse de la recette fiscale. Et cela est sûrement relatif au contexte actuel marqué par les crises politiques et la crise sanitaire que nous avons traversé », dit-il à 7info.ci qui l’a joint.

Et de rappeler qu »’en 2014, une étude réalisée pour le ministère de l’Economie et des Finances avait révélé qu’en 2013 au lieu de mobiliser environ 1000 milliards FCFA, notre potentiel fiscal en cette période était de 2 500 milliards FCFA. Ce qui signifie que dans la mobilisation des recettes fiscales, soit l’administration n’est pas performante ou soit qu’il y a des déperditions ou encore qu’il y a la corruption ».

Selon Dr Boyé Roméo, le PIB réel s’accroît d’une année à une autre. Aussi doit-on s’attendre à une revue à la hausse des recettes.

Cependant, dit-il, des pesanteurs doivent être combattues notamment l’efficacité de l’administration fiscale. Car fait-il savoir, même si le pays a connu des difficultés sanitaires et politiques liées aux dernières élections, la capacité productive de la nation ivoirienne.

L’expert ivoirien estime toutefois que la réalisation de cet objectif sera fonction de l’atmosphère sociopolitique surtout avec les élections législatives qui approchent.  « L’objectif est réaliste et même prudent, seulement il faut espérer une stabilité du pays pour l’atteindre», analyse-t-il.

Richard Yasseu

7info.ci

7info.ci_logo

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter 7info

L’INFO, VU DE CÔTE D’IVOIRE