Côte d’Ivoire Défense

Défense, L’armée ivoirienne dans tous ses états

Mis à jour le 21 mai 2019
Publié le 18/04/2019 à 7:11 , , ,




Dans une récente contribution sur le site Afrik.com pour dépeindre « les mensonges » du gouvernement ivoirien, le camerounais Franklin Nyamsi permet de voir le classement de l’armée ivoirienne.

Le 8 avril dernier, Franklin Nyamsi publiait dans une longue diatribe très acerbe « le gouvernement Ouattara pris en flagrants délits de mensonges économiques en Côte d’Ivoire », un titre accrocheur qui incitait à la lecture posée et à l’analyse des tableaux et coupures de presse et capture d’écran en illustration. Il fallait vérifier ces allégations qui découlent de « l’enquête » de Franklin Nyamsi.

Passant au peigne fin les secteurs clés, il écrit que « un dernier classement, pour finir, au moment où les ivoiriens croient que le cumulard ministre-maire Hamed Bakayoko est en train de réaliser des miracles au ministère de la Défense. Consultons le classement de l’armée ivoirienne parmi les armées africaines et mondiales. Tout aussi médiocre, derrière le Mali, le Niger, le Tchad, le Cameroun etc… »

La Côte d’Ivoire occupe la 25è place africaine et la 119è place mondiale selon le classement 2018 de GlobalFire Power.

Un détour sur le site de L’atlas sociologique mondial, Atlasocio.com qui publie le « classement des Etats du monde par puissance militaire », actualisé le 11 avril 2019, permet de découvrir le classement 1 an après celui de Franklin Nyamsi, de l’armée ivoirienne.

L’atlas qui fait référence dans le milieu militaire précise que le Power Index « établi par GlobalFire Power ou indice de puissance (militaire) tente de déterminer la capacité des forces armées d’un Etat donné en recourant de plus de 55 indicateurs relatifs à la défense nationale. »

« L’indice ne repose pas uniquement sur le nombre d’armes disponibles d’un pays donné, l’accent est également mis sur la diversité de la force de frappe disponible, le développement économique est intégré à l’analyse, les facteurs géographiques, la flexibilité logistique, les ressources naturelles et l’industrie locale sont déterminants, la main-d’œuvre totale disponible est un facteur clé car influençant de nombreux autres indicateurs, la stabilité financière des Etats est prise en compte et l’influence diplomatique n’est pas intégrée à l’analyse » précise Atlasocio.com.

Sur le site, les « Etats les plus consultés » sont indiqués et là, la Côte d’Ivoire est en 6è position quand le Mali, le Tchad et le Cameroun ne sont pas sur la ligne de départ.

Classement 2019

La « Military Strength  Ranking », le classement des Etats du monde par indice de puissance militaire  en 2019, établi par GlobalFire Power indique que la Côte d’Ivoire occupe la 104è place avec un indice de 1.8514, la moyenne étant de 0.0000. Le 1er pays africain est l’Egypte avec 0.2283 d’index suivi de l’Algérie avec 0.4551. L’Afrique du Sud, 0.5405 d’indice, le Nigéria, 0.7007 d’indice et l’Ethiopie, 0.7361 d’indice et le Maroc, 0.8244 d’indice figurent dans le deuxième compartiment.

Le Soudan, 1.0051 ouvre le 3è niveau suivi de la République Démocratique du Congo (RDC), 1.0631, de la Lybie, 1.2349, de la Zambie, 1.3035, du Zimbabwé, 1.3906, du Kenya, 1.4177, du Tchad, 1.6041, de la Tanzanie, 1.7109, du Mali, 1.7172, du Botswana, 1.7786, le Cameroun, 1.8242 et la Côte d’Ivoire, 1.8514. Le Ghana et le Mozambique ferme ce 3è niveau.

Le Soudan du Sud (113è), le Niger (116è), le Congo Brazzaville 122è), Madagascar (124è), la Namibie (126è), le Gabon (128è), la Mauritanie (129è), la Somalie (130è), la Centrafrique (132è), Sierra Leone (134è) et le Libéria (136è) sont dans le 4è et dernier palier du classement mondial des armées.

Que donne le classement africain ? L’Egypte tient toujours le haut du pavé avec un indice de 0.2283, suivi de l’Algérie, 0.4551. La Côte d’Ivoire est à la 21è place avec 1.8514.

Sur le classement de la Côte d’Ivoire, un officier supérieur de l’Armée explique que « les pays classés avant la Côte d’Ivoire sont des pays qui ont connu des crises et qui ont donc dû s’armer. D’autres facteurs aussi rentrent en ligne de compte de ce classement, en l’occurrence les effectifs, l’armement et autres. » « Ce sont des pays qui ont été en crise, le Tchad est aux prises avec Boko Haram, le Mali est en crise face au terrorisme. La Côte d’Ivoire a fait un léger bond quoiqu’il y a encore du travail à faire » reconnaît-il.

Au regard de la couleur attribuée par puissance, la Côte d’Ivoire est en vert foncé, 3è compartiment après le bleu foncé des deux premiers, Egypte et Algérie, et le bleu dégradé du deuxième compartiment africain.

Effectifs et justificatifs

Les effectifs par pays donne à voir que la Côte d’Ivoire a une armée de 25400 hommes contre 14400 pour le Cameroun, 8000 pour le Mali là où le Tchad mobilise 30 350 hommes. L’Erythrée a une armée de 201750 hommes actifs et 120000 réservistes soit un total de 321750 hommes selon les chiffres de « The Military Balance 2017 » de l’International Institute for Strategic Studies, Routledge, London.

Pourquoi la Côte d’Ivoire semble si mal classée et « médiocre » selon Franklin Nyamsi. La rédaction d’Atlasocio.com a bien voulu répondre à Pôleafrique.info. « Vous évoquez sans doute le classement relatif à l’indice de puissance militaire (https://atlasocio.com/classements/defense/puissance-militaire/classement-etats-par-puissance-militaire-monde.php) qui, effectivement, classe la Côte d’Ivoire après le Tchad ou le Mali en 2019. Atlasocio.com n’est pas à l’origine de l’élaboration de cet indice qui tente de déterminer la capacité des forces armées d’un État donné. »

« D’après les auteurs de l’indice, l’accent est mis sur la diversité de la force de frappe disponible, la stabilité financière, les ressources naturelles ou bien encore la main-d’œuvre. Mais ce qui semble avoir été déterminant pour le cas de la Côte d’Ivoire au sein de ce classement réside dans le fait que les auteurs de l’indice précisent que les États sans littoral ne sont pas pénalisés par l’absence d’une marine militaire, mais qu’en revanche les forces navales existantes sont pénalisées en cas de manque de diversité des moyens disponibles. Sans doute la Côte d’Ivoire a-t-elle été pénalisée par ce type de méthodologie lors de l’élaboration de l’indice. Aussi, la Côte d’Ivoire dispose-t-elle d’une force marine ou de moyens de défenses suffisants en cas d’attaques extérieures via son littoral ? » s’interroge la rédaction d’Atlasocio.com.

Et de conclure qu’ « À titre d’exemple, nous pouvons citer le cas de la Birmanie qui, le 7 novembre 2005, a décrété Naypyidaw comme nouvelle capitale du pays. D’après certains experts, cette ville nouvelle, située au centre du pays, aurait été fondée dans un but stratégique afin de mieux protéger l’administration centrale et le pouvoir politique d’une éventuelle invasion. En effet, l’ancienne capitale Rangoun est facilement accessible par voie maritime. »

Déploiement international

La réforme du secteur de la sécurité a permis une réorientation des objectifs du gouvernement ivoirien. Le départ volontaire de soldats, qui concerne quelques 4000 hommes devrait niveler les effectifs. L’accent est mis sur la formation, surtout des ex-soldats issus de l’ex-rébellion. Les officiers, eux aussi se forment, soit en Côte d’Ivoire, soit à l’étranger. Outre les conditions de vie et de travail, l’acquisition de matériels est un enjeu majeur.

C’est Hamed Bakayoko, ministre d’Etat, ministre de la Défense qui explique, sur le portail gouvernemental gouv.ci, les enjeux de la loi de programmation militaire. « Le bilan à mi-parcours est positif à bien des égards. Tout d’abord parce que cette Loi a engendré une nouvelle et unique chaîne de commandement. En outre, une ordonnance relative à l’exécution des sanctions disciplinaires, telles que les radiations, a été signée et mise à exécution. Ensuite, deux opérations de départs volontaires ont permis le retrait des effectifs de 3 157 soldats (991 en 2017 et 2 166 en 2018). Un Bureau d’Accompagnement et de Reconversion des Militaires a été créé pour aider les partants à mieux s’insérer dans leur nouvelle vie professionnelle et sociale. Il faut également noter la participation effective de l’Armée ivoirienne aux Opérations de Maintien de Paix des Nations Unies. Une compagnie de 150 hommes est en ce moment déployée au Mali. Enfin, la Loi a favorisé la réforme de l’enseignement militaire et la création de nouvelles institutions de formation. De manière générale, l’amélioration des conditions de travail et de vie des militaires est perceptible, à travers la réalisation d’infrastructures et l’acquisition de matériels et équipements. »

Selon le Général Doumbia Lacina, chef d’état-major général des Armées, la Côte d’Ivoire a engagé 50 milliards FCFA pour le matériel du contingent ivoirien qui sera redéployé au Mali. Toute une ambition et une vision.

Adam’s Régis SOUAGA

7info.ci_logo

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter 7info

L’INFO, VU DE CÔTE D’IVOIRE