Société

Les difficultés financières de la mairie de Bin Houyé plonge la localité dans l’agonie

Mis à jour le 30 décembre 2019
Publié le 30/12/2019 à 5:41 , ,




Bin-Houyé, ville située à l’extrême ouest ivoirien, avec une mairie sans grands moyens financiers connaît une agonie qui plonge la localité frontalière avec le Libéria dans une léthargie sans nom.

La ville de Bin-Houyé présente un visage bien sombre. Au sein de la mairie, le constat selon certains usagers est alarmant. <<Le service de l’état civil manque de matériels. Pour les actes que la mairie délivre, c’est dans les cybercafé que cela se fait. Aucune fourniture de bureaux. Le bâtiment abritant les locaux même est délabré. Bin-Houyé, aujourd’hui pour rentrer dans le marché, c’est un tas de problèmes. Tous les petits espaces qui servaient de route sont vendus aux commerçants qui y ont construisent des magasins. On touche du bois mais, le jour où un incendie se déclenche ici, tout partira en fumée car les pompiers ne pourront pas intervenir>>, dénonce un habitant de la ville de Bin-Houyé.

 « Aujourd’hui pour avoir un lot, il faut payer la somme de 200 000f ici avec la situation de paupérisation que nous traversons. On peut serrer la ceinture pour payer mais aucune quittance n’est délivrée à la vente. C’est Mme Tossalo Delphine, 3eme adjoint au maire qui  est chargée de ce domaine. »

 A ce sombre tableau s’ajoute le crucial problème de salaire des travailleurs. <<Il n’y a pas d’argent pour payer les salaires des agents. Pendant trois mois, les agents avec matricule ont peiné pour avoir leurs salaires. Ce n’est que la semaine dernière qu’ils ont pu avoir leurs arriérés. Quant aux contractuels, sur 9 mois que la mairie restait devoir, c’est seulement un mois qui a été payé. Ce qui est grave, il n’y a eu qu’une seule session de conseil municipal. Il n’y a pas d’argent pour payer le jeton de présence des conseillers et faire aussi toute la paperasse qui va avec.  C’est difficile. Tout est à l’arrêt. Seul le député a pu sauver les meubles en organisant un arbre de Noël sinon cette fin d’année, Bin-Houyé allait ressembler à un cimetière>>, se désole un chef de service.

Que répond le maire André Meman Narcisse à ces griefs qui portent une tache sombre à sa gestion? <<Je vous donne rendez-vous en janvier au cours de la session que nous allons organiser à Bin-Houyé pour vous dire comment fonctionne la mairie. J’inviterai la presse à une conférence de presse pour dire tout. Pour le moment, je n’ai rien à dire>>, a coupé l’élu joint par 7info.

Olivier Dan Correspondant Ouest

7info

7info.ci_logo

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter 7info

L’INFO, VU DE CÔTE D’IVOIRE