Politique

Législatives et sénatoriales partielles, voici pourquoi Affi N’guessan a soutenu le RHDP

Mis à jour le 6 septembre 2022
Publié le 06/09/2022 à 3:00 , , , ,
(FILES) In this file photo taken on October 14, 2016 Ivory Coast's opposition leader, president of the Ivorian Popular Front, Pascal Affi Nguessan gestures during a press conference in Abidjan. Pascal Affi Nguessan was released and placed under judicial supervision on December 30, 2020, after two months in pre-trial detention, his lawyer told AFP. / AFP / ISSOUF SANOGO

Les législatives et les sénatoriales du samedi 3 septembre 2022 ont réservé des surprises aux Ivoiriens. Le Front populaire ivoirien (FPI) de Pascal Affi N’Guessan a apporté son soutien au Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP). Un cadre de cette formation politique en donne les raisons.

 

« Je tiens à saluer (…), le soutien du président du FPI, Affi N’Guessan, son soutien a été effectif. Les conseillers municipaux du FPI se sont mobilisés derrière la candidature du RHDP », a révélé Ibrahim Cissé Bacongo, le secrétaire exécutif du RHDP, après la proclamation des résultats.

LIRE AUSSI : Législatives partielles, des raisons de la percée du RHDP dans le V Baoulé

Selon le secrétaire général adjoint du FPI, chargé de la communication et du marketing politique, Guillaume Gbato, le soutien de sa formation politique au RHDP lors des élections du 3 septembre dernier, n’est pas surprenant.

« C’est le contraire qui aurait été surprenant. Depuis 2021, le Parti des peuples africains, Côte d’Ivoire (PPA-CI) et le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) nous ont abandonnés en rase campagne, alors que nous avons fait la désobéissance civile ensemble. Dès que le président Affi N’Guessan est sorti de prison, le PDCI et le PPA-Ci ont mis fin à la coalition que nous avions mise sur pied. Ces deux partis ont décidé de se mettre ensemble pour obtenir des sièges à l’Assemblée nationale contre nous (FPI) dans le but de nous faire disparaître. Ne soyez pas surpris qu’un an après, nous accordions notre soutien aux législatives et aux sénatoriales partielles au RHDP », a-t-il confié à 7info.

LIRE AUSSI : L’alliance FPI-PDCI source potentielle de conflit selon un analyste

A quelques mois des élections locales (municipales régionales) de 2023, les acteurs de la politique ivoirienne vont-ils à nouveau démontrer que les alliés devenus adversaires peuvent s’allier à nouveau ? Ce, au gré des intérêts personnels et partisans du moment ? Tout porte à croire que oui.

7info.ci_logo

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter 7info

L’INFO, VU DE CÔTE D’IVOIRE