Politique

Guikahué attaque la RTI, Bictogo prend acte du report du débat télévisé

Mis à jour le 5 mars 2020
Publié le 05/03/2020 à 12:53 , , , , ,




Le face-à-face entre le Pr Maurice Kakou Guikahué, Secrétaire exécutif du PDCI (Parti Démocratique de Côte d’Ivoire), opposition, et Adama Bictogo, Directeur exécutif du RHDP (Rassemblement des Houphouëtistes pour la Démocratie et la Paix ), parti au pouvoir, sur la question de l’établissement des cartes nationales d’identité (CNI), prévu dans la soirée de mercredi 04 mars 2020 a été reporté sine die.

Selon un communiqué de la direction générale de la RTI( Radio Télévision Ivoirienne, public) le temps accordé aux deux responsables politiques était court d’où la nécessité d’accorder un espace plus large. Ce qui a poussé les responsables de la télévision nationale à reporter le débat télévisé entre ces deux grands hommes politiques de Côte d’Ivoire.

« En raison de l’importance du thème et de l’envergure des personnalités, la RTI a décidé d’accorder un espace plus large au débat prévu entre Messieurs Maurice Kacou Guikahué, Secrétaire exécutif du PDCI RDA, et Adama Bictogo, Directeur Exécutif du RHDP. Pour ce faire, le plateau initialement prévu dans  »Ça fait l’actualité » de 26 minutes est transféré au  »Débat Politique » format 90 minutes », a indiqué la direction générale de la RTI.

Après l’annonce de la RTI du report du débat tant attendu par les Ivoiriens, la réaction du Directeur exécutif du RHDP ne s’est faite entendre.

A lire aussi: ALASSANE OUATTARA MET FIN AUX SPECULATIONS:  « JE NE SERAI PAS CANDIDAT EN OCTOBRE »

« J’ai été saisi par le Directeur Général de la RTI du report du débat qui devait se tenir ce soir sur RTI1, et dont le thème était : « Le renouvellement de la CNI : entre polémiques, difficultés et nécessité ».Les raisons évoquées par la Direction Générale de la RTI portent sur la dimension et les hautes responsabilités des deux débatteurs au niveau politique.Elles ont amené le Directeur Général de la RTI à opter pour le changement de format, passé de 26 minutes à 90 minutes (Débat Politique), qui permettra d’aborder les questions politiques d’envergure nationale. Aussi, ai-je pris acte de ce report. Ceci étant, pour ce soir, j’étais préparé, parce que je suis demandeur de ce type d’échanges afin d’éclairer nos concitoyens, nourrir la vérité et enrichir la démocratie », pouvait-on lire sur la page Facebook d’Adama Bictogo.

Quant au Secrétaire exécutif du PDCI, Pr Maurice Kakou Guikahué, il a estimé que les raisons évoquées par les responsable de la télévision nationale ne tiennent pas.

« Ils m’ont donné des raisons qui à mon sens ne tenaient pas du tout. D’abord ils disent que le temps de préparation était court. On est des hommes politiques, réveillés à 4 heures du matin, on mène des débats. Il a dit qu’il fallait qu’il nous testent d’abord. Ensuite il a pensé que le sujet étant important, il fallait donner plus de temps. Au lieu de 52 minutes, il fallait faire 90 minutes parce qu’il faut projeter des films d’enrôlement et des sites, et que cela prenait du temps et ne laissait pas beaucoup de temps au débat. Ils avaient fait le montage en fixant la durée de l’émission. Je pense que les images qu’ils allaient projeter elles-mêmes étaient déjà un discours parce que chacun en voyant les images allait se faire une idée. Comme ce sont eux qui décident, ils ont reporté sine die le débat », a-t-il déploré.

Le Secrétaire exécutif du vieux parti se dit déçu de ce report dû au fait que le parti au pouvoir ne voulait pas du débat sur l’enrôlement pour la carte nationale d’identité.

« Je suis déçu parce que pour la conférence de presse la télévision a pris des brides pour informer or là c’était en direct, j’allais m’adresser aux Ivoiriens pour former leur opinion.  Je sais bien que si la défection était de notre côté, la télévision n’allait pas accepter. Ils allaient claironner au journal de 20 heures que nous avons refusé de venir », a-t-il indiqué.

Le vendredi 28 février 2020 au cours d’une conférence de presse, au siège du PDCI, le Secrétaire exécutif avait soutenu que le parti au pouvoir faisait payer la carte d’identité (5000 FCFA) aux Ivoiriens alors que la Banque mondiale avait financé le processus à hauteur de 30 milliards de FCFA.

« La Banque mondiale a donné 30 milliards pour que les Ivoiriens aient la Carte nationale d’identité gratuite, mais le gouvernement de Côte d’Ivoire n’est pas honnête avec le peuple en faisant payante. Le 18 octobre 2019, la Banque mondiale a donné l’argent », avait-il révélé.

Ce à quoi a répondu la représentation à Abidjan de la Banque Mondiale, qui a soutenu n’avoir pas accordé un financement pour la carte nationale d’identité à titre gratuit. M.Guikahué estime que « ce communiqué est douteux ».

Lancé le 17 février 2020, le processus de délivrance des cartes nationales d’identité polarise tous les débats notamment politiques. L’opposition souhaite que les CNI soient distribuées gratuitement en en 2009-2010, pendant le processus de sortie de crise. Le pays sortait en ce moment d’une longue crise de huit ans qui l’avait divisé en deux, un nord pro-rebelle et un sud, pro-pouvoir.

Arnaud Houssou

7info.ci

7info.ci_logo

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter 7info

L’INFO, VU DE CÔTE D’IVOIRE