Société

Franck Ettien dit sa part de vérité sur son licenciement

Mis à jour le 19 juillet 2019
Publié le 19/07/2019 à 7:23 , , , , ,




C’est au cours de sa conférence de clôture de campagne ce vendredi 19 juillet, à la Maison de la presse que Franck Ettien, candidat à la présidence de l’Union Nationale des Journalistes de Côte d’Ivoire, a dit sa part de vérité sur son licenciement du quotidien « Le Rassemblement », alors qu’il était en pleine campagne. Il explique être victime de sa non appartenance au RHDP.

L’information avait envahi la toile et alimentait les discussions dans les rédactions. Chacun y allait de son commentaire au point de donner des versions différentes sur la situation. Ce vendredi 19 juillet, Franck Ettien, candidat à la présidence de la plus grande faîtière des associations de journalistes en Côte d’Ivoire, est sorti de sa réserve. Devant son équipe de campagne et ses confrères, il a donné sa version des faits afin d’éviter que la polémique continue d’enfler, à la veille de l’élection.

« C’est le 02 mai dernier, à la veille de la journée internationale de la Liberté de la presse que mon patron Kramoh Kouassi m’a appelé pour me demander de passer à son bureau afin qu’on échange. Je m’apprêtais à aller à Gagnoa, au sud-ouest du pays,  pour commémorer cette journée avec les confrères de la région. Et quand je suis allé le voir, nous avons échangé sur plusieurs sujets, notamment ma candidature à l’UNJCI. Mon patron m’a demandé de renoncer à ma candidature car selon lui, le RHDP, veut positionner son candidat. Je lui ai dit que je suis journaliste et non militant d’un quelconque parti politique. En somme, j’ai refusé de renoncer à ma candidature et partant à cette tentative d’intimidation » a révélé le confrère.

A lire aussi: LE RHDP ENCOURAGE LE GOUVERNEMENT SUR LA REFORME DE LA CEI

En fin de campagne, Franck Ettien qui n’avait jamais souhaité s’exprimer sur la question, l’a finalement fait. L’information sur son licenciement a donc été relayée plusieurs jours après avoir été actée. Mais il a préféré, selon lui, garder le silence pour se concentrer sur l’essentiel, à savoir la présidence de l’UNJCI.

« A la suite de mon Patron Kramoh Kouassi qui m’a demandé d’abandonner mon ambition de briguer la présidence de l’UNJCI, c’est mon rédacteur en Chef Mass Domi, qui m’a joint le 14 juin dernier, pour savoir, d’après ses dires, ce que j’avais décidé concernant ma candidature à l’UNJCI. Je lui ai répété sans sourciller, que je demeurais sur ma position. Il a raccroché le téléphone pour me rappeler 10 minutes plus tard et m’informer que la rédaction du Rassemblement avait décidé de se séparer de moi. Afin d’éviter tout vice de procédure, j’ai appelé mon patron Kramoh Kouassi, pour connaitre les raisons de cette décision pour la moins surprenante et injuste. Ce dernier m’a juste dit qu’il ne voulait pas perdre sa maison, et ses avantages obtenus, grâce au RHDP, et qu’il ne voulait plus me parler car j’avais déjà été prévenu » a ajouté le candidat Franck Ettien, à la veille du congrès de l’UNJCI.

A lire aussi: LES DEPUTES RHDP REJETTENT LA GRATUITE DE LA CNI

Ce samedi les journalistes seront nombreux à l’auditorium des affaires étrangères pour un toilettage des textes et surtout élire le nouveau président de l’UNJCI. Franck Ettien a invité ses partisans à se rendre aux urnes. Ce candidat est face à deux autres que sont Lance Touré et Jean Claude Coulibaly.

Éric Coulibaly

7info 

7info.ci_logo

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter 7info

L’INFO, VU DE CÔTE D’IVOIRE