Défense

49 militaires ivoiriens: 3 soldates libérées, et après ?

Mis à jour le 5 septembre 2022
Publié le 05/09/2022 à 12:09 , ,

Elles ont été libérées pour des raisons humanitaires, précise Bamako. Pourtant 46 de leurs frères d’armes sont toujours détenus au Mali. Les négociations sont lentes mais selon le Chef d’Etat-major général des armées, le général de corps d’armée Lassina Doumbia, il faut être optimiste.  

 

3 sur 49. C’est peu mais bon à prendre dans ces conditions de tensions entre la Côte d’Ivoire et le Mali. Retenues depuis le 10 juillet 2022, les 3 femmes du contingent de 49 militaires ivoiriens arrêtés au Mali ont été accueillies à l’aéroport international Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan le dimanche 4 septembre.

Selon le Chef d’Etat-major général des armées, Lassina Doumbia, les négociations pour la libération des 46 autres sont en cours.

« Il s’agira pour nous de poursuivre les négociations et les discussions. Et pourquoi pas, tenter une approche plus globale, pour restaurer le climat de confiance entre la Côte d’Ivoire et le Mali. Je voudrais relever la disponibilité des deux parties à œuvrer pour une règlement apaisé » a-t-il réagi à la descente d’avion des militaires ivoiriens.

L’arrestation des 49 soldats ivoiriens en mission au Mali au sein d’une force de soutien à la Minusma a créé des tensions entre les deux pays. La médiation entamée par le Togo et qui n’avait jusque-là donné aucun résultat visible, semble se dérouler dans le bon sens. Mais si les femmes ont été libérées, qu’en sera-t-il des hommes ?

Selon Kipré Paul, un politologue et professeur d’Université, le Mali se donne le temps de négocier plusieurs aspects de sa coopération avec la Côte d’Ivoire.

« Je l’avais dit, les soldats ivoiriens seraient inculpés pour motiver les négociations entre Bamako et Abidjan. C’est ce qui a été fait. Ne croyez surtout pas que ces femmes ont été libérées pour les beaux yeux du président de la République. Assimi Goïta s’est assuré d’obtenir certaines garanties des autorités ivoiriennes avant ce premier geste. Il en sera de même pour les 46 autres encore détenus au Mali. Goïta veut avant tout affirmer son indépendance vis-à-vis de ses voisins et surtout de la communauté internationale », analyse l’universitaire pour 7info.

Les autorités ivoiriennes sont donc optimistes sur la suite des négociations. Selon les observateurs, cette première libération est à mettre à l’actif du Togo.

« Chez nous on dit, quand deux personnes sont en palabre, on appelle le voisin. C’est le cas du Togo. Les choses semblent lentes mais elles avancent. La Côte d’Ivoire fera beaucoup de concessions pour obtenir d’autres libérations car c’est elle qui est en position de faiblesse. Les 46 autres ne seront pas libérés par vague mais ensemble, une fois que Assimi Goïta aura obtenu ce qu’il veut surtout sur le plan économique », a ajouté Kipré Paul.

LIRE AUSSI : 49 militaires arrêtés au Mali, Bamako aurait-il donné son accord pour leur libération ?

Des voix continuent de s’élever pour demander la libération totale des soldats ivoiriens encore détenus au Mali. Les Ivoiriens espèrent un dénouement rapide de cette situation qui a déjà trop duré.

7info.ci_logo

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter 7info

L’INFO, VU DE CÔTE D’IVOIRE