Société

Vente d’une partie de la forêt du Banco, le DG de l’OIPR dément

Mis à jour le 31 janvier 2020
Publié le 31/01/2020 à 3:47 , , , ,




 

Contrairement à la rumeur selon laquelle une partie du parc national du Banco vendu, le Directeur de l’Office Ivoirienne des Parcs et Réserves, le colonel Tondossama Adama a tenu le jeudi 30 janvier à faire la lumière sur cette affaire qui enflamme la toile « nous ne vendons aucune partie du parc national du Banco ».

C’est au cours d’une visite du parc Banco sis à Abidjan nord, que le colonel Tondossama Adama, Directeur de l’Office Ivoirienne des Parcs et Réserves (OIPR), a entretenu la presse sur la question. D’après l’officier supérieur de la police forestière ivoirienne, la rumeur serait partie d’un Tweet. L’auteur de la publication, révèle le colonel Tondossama Adama, l’a retiré de ce réseau social. Mais, un autre internaute avait déjà mis en ligne une pétition pour exiger que la réserve naturelle d’Abidjan ne soit pas vendue. « Quelqu’un d’autre est revenu là-dessus en mettant en ligne une pétition pour demander aux gens de signer cette pétition et demander au ministre de l’Environnement et du Développement durable de ne pas vendre une partie de leur forêt », a expliqué le patron de l’OIPR.

Coupant court à la rumeur, l’officier supérieur de la police forestière de Côte d’Ivoire a signifié qu’il est impossible de vendre un parc national dans le pays. En Côte d’Ivoire, insiste-il, les parcs nationaux sont régis par la loi 102 du 11 février 2002. « Un parc national, on le conserve pour les générations futures, pour faire du tourisme. Pour déclasser une partie d’un parc, il faut aller devant l’Assemblée nationale », a-t-il renchéri

D’une superficie de 3348 hectares le parc national du Banco a été créé en 1953.

Arnaud Houssou

7info.ci



 

7info.ci_logo

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter 7info

L’INFO, VU DE CÔTE D’IVOIRE