Société

Terrorisme au Sahel, Amnesty International révèle les fournisseurs d’armes

Mis à jour le 25 août 2021
Publié le 25/08/2021 à 8:00 , ,

L’on en sait un peu plus sur l’origine des armes utilisées par les groupes terroristes qui sévissent dans le Sahel. Dans une étude publiée le mardi 24 août 2021 par l’ONG Amnesty International lève un coin de voile sur les fournisseurs de ces bandes armées.

D’où viennent les armes utilisées par les groupes terroristes au Sahel ? Suite à l’analyse faites sur 400 photos et vidéos publiées par les éléments du groupe Etat islamique et le Groupe de soutien à l’Islam et aux musulmans, lié à Al-Qaïda au Maghreb islamique, l’ONG Amnesty International est parvenue à une conclusion. L’Organisation internationale a pu découvrir la provenance des armes aux mains des djihadistes qui sèment la désolation dans cette partie de l’Afrique.

« Les nouveaux fusils, certains étant les modèles les plus récents qui existent, correspondent à des transactions entre la Serbie et le Burkina Faso, ce qui laisse à penser que ces armes ont été vendues récemment au gouvernement burkinabé avant de tomber entre les mains de groupes armés », indique le rapport d’Amnesty International.

Durant les 5 dernières années (de 2015 à 2020), la Serbie a transféré des dizaines de milliers d’armes vers le Burkina Faso.

LIRE AUSSI : Terrorisme : la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso pour la mutualisation des forces

« Entre 2015 et 2020, la Serbie a indiqué dans ses rapports annuels au TCA avoir transféré au total 20 811 fusils et carabines, 4 000 fusils d’assaut, 600 revolvers et pistolets à chargement automatique, et 290 mitrailleuses au Burkina Faso », révèle Amnesty International.

Retracer avec précision la chaîne d’approvisionnement des djihadistes, n’a pas été possible pour Amnesty International. Toutefois, l’ONG a fait savoir qu’il serait probable que les armes aient été détournées vers les groupes islamiques, ou elles ont été prises lors d’affrontements entre les troupes gouvernementales et les bandes armées.

7info.ci_logo

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter 7info

L’INFO, VU DE CÔTE D’IVOIRE