Société

Santé maternelle:  Le groupement féminin Ywossêtcha sensible contre le paludisme pendant la grossesse

Mis à jour le 16 septembre 2020
Publié le 16/09/2020 à 7:42 , , , ,
  ;
  ;

« La femme enceinte est généralement vulnérable du fait de la grossesse, qui affaiblit son système immunitaire, la rend plus sensible à l’infection du paludisme. Ce qui accroit le risque d’anémie sévère et de mort chez la mère et chez l’enfant.  L’avortement spontané, l’accouchement prématuré, le petit poids de naissance, sont entre autres les risques chez l’enfant à naître. En Afrique, il y a 200 000 nourrissons, qui meurent du fait du paludisme maternel pendant la grossesse « .

Ces propos sont de Joëlle Danon Tizié, sage-femme du centre de santé de Grand-Morié, à 12km d’Agboville. C’était lors d’une caravane de sensibilisation sur le paludisme pendant la grossesse, qui s’est tenue le lundi 14 septembre dernier, au terrain de football d’Agouhin, en présence de Yssouf Soumahoro, sous-préfet de Grand-Morié.

Cette activité s’inscrit dans le cadre du « Djidja » dans le canton Morié. Ce qui signifie « plonger dans l’eau » ou « purification » ou encore fête de l’igname, en langue abbey.

A lire aussi: A FERKESSEDOUGOU, LES CAS DE GROSSESSES CHEZ DES ELEVES EXPLOSENT

« Pour réduire le taux de morbidité chez la mère et le nourrisson, l’OMS recommande de dormir sous une moustiquaire imprégnée, le traitement préventif intermittent par la prise de médicaments et la prise en charge des accès de paludisme », poursuit la spécialiste de l’accouchement maternel. Avant d’exhorter les femmes à fréquenter les centres de santé. « J’invite les femmes, mes sœurs à fréquenter les centres de santé pour leurs visites prénatales », a-t-elle conclu.

Sylvie-Laurence Ossohou Kouadio, présidente du groupement féminin sanitaire « Ywossêtcha » qui veut dire « comptons d’abord sur nous-mêmes », toujours en langue abbey, initiatrice de la parade, souligne que cette activité vise à mettre de la joie dans le cœur des populations.

Notons qu’en prélude à la fête de l’igname, le groupement féminin sanitaire « Ywossêtcha » en collaboration avec la Ligue ivoirienne contre l’hypertension artérielle (LICH), a organisé une séance de dépistage gratuit contre le diabète et l’hypertension artérielle, le samedi 12 septembre à Grand-Morié.

Créée en 2018, cette association compte plus de cent femmes avec pour principale mission l’entraide, la solidarité et l’assistance mutuelle.

Tizié TO Bi
Correspondance particulière 

7info.ci_logo

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter 7info

L’INFO, VU DE CÔTE D’IVOIRE