Politique

Réforme de la CEI, l’opposition exige la dissolution de toutes les commissions locales

Mis à jour le 24 juillet 2020
Publié le 24/07/2020 à 6:43 , ,




Les groupements des partis politiques de l’opposition ivoirienne ont animé une conférence de presse ce jeudi 23 juillet 2020, au siège du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI).

La Cour africaine des droits de l’homme et des peuples (CADHP), suite à une saisine par le PDCI-RDA sur la composition, l’organisation et le fonctionnement de la Commission électorale indépendante (CEI) a rendu une décision le mercredi 15 juillet.

Le lendemain, les autorités ivoiriennes dans un communiqué ont affirmé la justice africaine a débouté les requérants.

« La Cour est parvenue à la conclusion suivant laquelle les requérants n’ont pas fait preuve que la loi régissant la CEI ne répondait pas aux normes prévues par les instruments pertinents relatifs aux droits de l’homme auxquels l’État défendeur est partie. En conséquence, elle les a déboutés ». Une déclaration qualifiée d’inexacte par le président de la plateforme Ensemble pour la démocratie et la souveraineté (EDS), Georges-Armand Ouégnin.

« Le pouvoir Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) s’est en pressé de faire croire par un communiqué inexact du gouvernement que la cour aurait rendu un arrête entièrement en sa faveur. Et que par conséquent le PDCI et l’opposition significative auraient été déboutés. Une telle interprétation de jugement qui vient d’être rendu par la hausse juridiction africaine est la preuve de mauvaise foi du RHDP », a soutenu Georges-Armand Ouégnin, président de la plateforme Ensemble pour la démocratie et la souveraineté (EDS).

La composition de la CEI demeure le point d’achoppement entre l’opposition et le gouvernement. Pour aller à des élections ‘’transparentes’’, le président de EDS exige la dissolution de toutes les commissions locales de la CEI et l’audit de la liste électorale.

« La dissolution de toutes les commissions locales et l’audit de la liste électorale issue de l’enrôlement de juin 2020. La cour considère que les commissions locales sont quasiment dirigées par le RHDP. Elle a donc ordonné la reprise du processus de désignation de leurs dirigeants comme vous le savez 96% des commissions locales sont dirigées par le RHDP », a-t-il signifié.

Arnaud Houssou
7info.ci

7info.ci_logo

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter 7info

L’INFO, VU DE CÔTE D’IVOIRE