International

Mali, IBK a fini par céder face aux militaires

Mis à jour le 19 août 2020
Publié le 19/08/2020 à 4:48 , , , ,
  ;
  ;

Les jeux sont faits pour Ibrahim Boubacar Kéïta, IBK, évincé du pouvoir sans avoir vu venir cette menace insolite. Des militaires, pour la première fois depuis le début des manifestations de rue dans Bamako, ont investi la rue, et obtenu la libération du palais de Koulouba, par son propriétaire.

 Mardi 18 août à 24h, sur les antennes de l’ORTM, la radiodiffusion télévision malienne (public), Ibrahim Boubacar Kéïta, a fait une déclaration de reddition.

« Mes chers compatriotes, officiers supérieurs, officiers généraux, soldats. Pendant sept ans, j’ai eu le bonheur et la joie d’essayer de redresser ce pays du mieux de mes efforts car bien d’abord, dès ma première mission de chef de gouvernement de ce pays, j’étais convaincu de l’effort fabuleux qu’il fallait mettre en œuvre pour donner corps et vie à l’armée malienne d’où cette idée de loi de programmation et d’orientation militaire. Si aujourd’hui après des semaines de turbulence et de manifestations diverses ponctuées hélas, par des victimes devants lesquelles je m’incline, que je n’ai jamais souhaité, chacun dans le pays le sait, vu que, quand on mène des manifestations dans la rue, on ne sait jamais ce qui peut en résulter de bien ou de pire, hélas le pire en a résulté… Si aujourd’hui, certains éléments de nos forces armées de conclure que cela devrait se terminer par leur intervention, ai-je réellement le choix de m’y soumettre car je ne souhaite qu’aucun sang ne soit versé pour mon maintien aux affaires. C’est pourquoi je voudrais en ce moment précis, tout en remerciant le peuple malien pour son accompagnement le long de ces années, de la chaleur de son affection, de lui dire ma décision de quitter mes fonctions, toutes les fonctions, à partir de ce moment, avec toutes les conséquences de droit, de la dissolution de l’Assemblée nationale et celle du gouvernement… » a annoncé le désormais ex-Chef d’Etat malien.

Suite à la déclaration d’Ibrahim Boubacar Kéita, les nouveaux maîtres du pays à travers la voix du colonel-major Ismaël Wagué ont indiqué que « Nous, forces patriotiques regroupées au sein du Comité national pour le salut du peuple (CNSP), avons décidé de prendre nos responsabilités devant le peuple et devant l’histoire. La société civile et les mouvements socio-politiques sont invités à nous rejoindre pour, ensemble, créer les meilleures conditions d’une transition politique civile conduisant à des élections générales crédibles pour l’exercice démocratique à travers une feuille de route qui jettera les bases d’un Mali nouveau » a fait savoir le Lt-Col Ismaël Wagué.

Ce mercredi 19 août 2020, la vie a repris son cours dans la capitale malienne.

Ce coup de force a été condamné par l’ONU et la CEDEAO.

Arnaud Houssou

7info.ci

7info.ci_logo

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter 7info

L’INFO, VU DE CÔTE D’IVOIRE