Sport

Les supporters mobilisés par les réseaux sociaux se prononcent sur le derby Asec-Africa

Mis à jour le 17 décembre 2019
Publié le 17/12/2019 à 12:53 , ,




Les ivoiriens ont oublié la politique et leurs problèmes, l’instant d’une semaine. Le derby Asec-Africa du samedi 14 décembre dernier, a déchainé les passions et rapproché les bornes les plus opposées grâce à l’impact des réseaux sociaux. Facebook, WhatsApp et Messenger ont permis aux ivoiriens de revivre l’engouement des années sportives dans le pays. Mais est-ce suffisant pour faire renaître l’amour du football local dans le cœur des ivoiriens ? Réponse.

Ils étaient tous en vert et rouge ou jaune noir, sans distinction sociale, sans distinction politique. Les supporters ivoiriens qui ont effectué le déplacement au stade Félix Houphouët Boigny, ce samedi n’avaient qu’un seul souffle, celui de la rivalité sportive entre les deux plus grandes équipes du pays. L’Asec et l’Africa, cette bataille légendaire pour la suprématie du football local, avait perdu sa saveur des années 90. Il a donc fallu que les réseaux sociaux s’y mettent pour réveiller des ivoiriens endormis par le spectacle du football local, jugé décevant. Les réseaux sociaux ? Peut être une solution pour convier à nouveau les ivoiriens au stade.

« Non c’est insuffisant. 2 équipes sur 14 seulement qui suscitent de l’engouement, c’est peu. Pour le temps que j’ai passé au Maroc, j’ai compris que l’engouement autour des équipes doit être régional. Dans mon petit Tanger ici, quand il y a un match tu ne peux pas respirer. Les locaux adorent leurs équipes. Or ce n’est pas le cas en Côte d’Ivoire. Vous verrez que l’euphorie est très vite retombée après ce match et les gradins des stades retrouveront leur calvitie habituelle »  a confié Kidou Désiré, jeune observateur du football ivoirien depuis le Maroc.

La FIF au banc des accusés 

Les supporters ont effectué le déplacement dans la bonbonnière du Félicia. Bon nombre d’entre eux se sont plaints de l’organisation de ce match par la Fédération Ivoirienne de Football (FIF) qui n’a ouvert qu’un seul guichet de vente de billet d’accès. Pour certains, la plus haute instance du football ivoirien n’a pas su capitaliser sur l’événement. Le derby Asec-Africa, devrait être l’occasion pour les dirigeants du football ivoirien, de redonner le goût du spectacle local aux supporters en faisant de la rencontre, un événement à une échelle bien plus grande.

« Le véritable problème du foot ivoirien est institutionnel. Quand tu vois que la FIF n’ouvre qu’un seul guichet pour vendre les tickets et n’est pas capable de créer elle-même un minimum d’animation avec des invitations d’artistes autour d’un tel événement, tu te dis que le mal est véritablement profond. Le problème est plus visible même au niveau des clubs. Seul l’Asec donne l’impression d’être un club professionnel. Sinon l’Africa qui a remporté le gain de ce match, a le standard d’un club de National en France, pas plus » réagi Yao Assena, un supporter ivoirien avant d’ajouter que les réseaux sociaux ne suffisent pas à améliorer le niveau du football local.

« Niveau spectacle sur le terrain, c’est triste parce qu’on est bien loin d’avoir les talents qui faisaient vivre le foot ivoirien. Sur le terrain, le spectacle était très moyen lors de ce derby. Le but qui intervient sur un penalty n’est pas anodin. Parlons des anciens supporteurs de ces grands clubs, combien ont transmis l’amour du football local à leurs enfants ? Combien sont déjà allés au stade avec eux ? Les réseaux sociaux vont donner une visibilité au football local mais leur impact sera insuffisant pour redonner vie au football ivoirien.  La communication ne servira que pour 2 matchs dans l’année au maximum (le Derby) et peut-être pour des beaux parcours dans les compétitions africaines. Mais le problème c’est que même dans ces compétitions nos clubs ne rayonnent plus » fait-il savoir.

Ce match Asec-Africa, comptant pour la 11ème journée du championnat, marque la première confrontation de la saison. Sans doute, les Mimos voudront prendre leur revanche au match retour. L’engouement autour de cette autre empoignade en perspective risque de libérer davantage les passions. Un supporter sur les réseaux sociaux avait même confié, qu’il souhaiterait, pour l’inauguration du stade Olympique d’Ebimpé, voir un derby Asec-Africa, plutôt qu’un match de gala classique avec des stars venues d’ailleurs.

Une proposition que la Fédération Ivoirienne de Football (FIF), pourrait apprécier de sorte à faire briller à nouveau le championnat local.

Eric COULIBALY

7info

7info.ci_logo

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter 7info

L’INFO, VU DE CÔTE D’IVOIRE