Société

Les responsables d’établissements privés réclament leur dus à l’Etat de Côte d’Ivoire

Mis à jour le 18 septembre 2019
Publié le 18/09/2019 à 6:10 , , , ,




La rentrée n’est pas encore effective dans les établissements privés, motif principal, les fondateurs des écoles n’ont pas encore reçu les frais d’écolages dus par l’Etat de Côte d’Ivoire au titre de l’année scolaire 2018-2019. L’annonce a été faite ce mercredi 18 septembre par Maurice Bamba, secrétaire général de la coordination  des écoles privées, au cours d’une conférence de presse.

 Il a fait savoir que l’apurement des frais de scolarité dus aux établissements privés est conventionnement payable en trois tranches, respectivement les 30 mars, 30 juin et 30 septembre de l’année en cours.  Des promesses ont été faites à savoir, payer la moitié des créances dues, soit 50%  dès le lundi 09 septembre 2019 mais jusque-là rien n’est encore fait.

«  Pire, les mandats de l’enseignement technique et de la formation professionnelle sont encore sur le bureau du contrôleur financier, or nous restons devoir des arriérés de salaires à nos personnels » s’est indigné Fofana Bengaly, président de  la coordination des établissements privés, qui demande que l’Etat se penche sur cette situation, «nous devons nous acquitter des salaires des enseignants pour que la rentrée soit effective dans nos établissements » a-t-il poursuivi  tout en espérant un dénouement heureux face à cette situation.

A lire aussi: LA VENTE DE FASCICULES AUX ELEVES INTERDITE PAR KANDIA

Rappelons que l’école privée dans le système éducatif ivoirien représente près de 75% des infrastructures scolaires et plus de 50% des effectifs d’apprenants.


Michèle Koffi, stagiaire

7info.ci_logo

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter 7info

L’INFO, VU DE CÔTE D’IVOIRE