Eco-business

Les hôtels ivoiriens se mettent aux serviettes biodégradables

Mis à jour le 28 août 2020
Publié le 28/08/2020 à 1:57 , , , , , ,




L’hygiène de l’hôtellerie est une question à laquelle les acteurs de ce domaine veulent répondre en introduisant des serviettes de bain à usage unique dans les hôtels classés et non classés.

La révolution de l’hôtellerie est actée avec une inclusion des serviettes de bain hygiéniques dans les différents hôtels de catégorie non classés à ceux classés deux étoiles.

Pour régler le problème de l’insalubrité publique dans les lieux de séjour, le ministère du tourisme et des loisirs, en partenariat avec une entreprise ivoirienne, lance un projet de confection de serviettes biodégradables. Cette initiative répond à des problématiques de respect de l’environnement au travers de la réduction significative des produits détergents ; et l’amélioration de l’hygiène dans certaines catégories d’hôtels.

« Nous sommes tous clients des hôtels et nous savons les réalités que nous rencontrons, la qualité des serviettes laisse à désirer, cela a attiré notre attention et nous nous sommes qu’il dit fallait faire quelque chose pour redorer le blason », a expliqué mercredi 26 août 2020, Hermann Coulibaly, Directeur général de Am’clot Trading, entreprise conceptrice des « Serjet-bio ».

Pour cet entrepreneur ivoirien, il a fallu une année pour concevoir la serviette, pour une disponibilité de « 500.000 serviettes à ce jour pour un besoin sur Abidjan, la capitale économique ivoirienne, estimé à 2 millions de serviette par mois ». 

« Le Ministère du Tourisme et des Loisirs s’inscrit dans une démarche qualité et les rapports des services de contrôle et d’inspection indexent l’hygiène et l’entretien des serviettes de bain et autres lingeries et literies, dans un grand nombre d’établissements d’hébergement. Des enquêtes plus poussées révèlent même des problèmes d’hygiène publique « , a expliqué Siandou Fofana, ministre du tourisme et des loisirs

Par ailleurs, Siandou Fofana invite les acteurs de l’hôtellerie à « saisir cette opportunité, cette solution novatrice pour notre pays qui, en réalité, est à la charge du client et non une charge supplémentaire pour l’hôtelier ».

« En effet, il s’agira pour vous, d’appliquer le coût de la serviette serjet bio  sur le tarif de la chambre et l’occasion est donnée aux clients d’acquérir lesdites serviettes pour une utilisation en dehors de vos établissements », a-t-il expliqué.

Le 10 janvier 2020, le ministre du Tourisme et des Loisirs avait paraphé un accord avec le président du Conseil d’administration de Am’Clot Trading, Secongo Clotchor en vue de la mise en œuvre du projet « Serjet Bio « . Projet « ambitieux et innovant« , au dire de Siandou Fofana, compte tenu de sa portée écologique et s’inscrivant dans le process de qualité et de normalisation des réceptifs hôteliers de moyen standing. [Photo d’archives]

Sandra Kohet

7info.ci

7info.ci_logo

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter 7info

L’INFO, VU DE CÔTE D’IVOIRE