Politique

Le président Bozizé reçu par Touadéra, Ouattara ouvre une brèche sur Soro

Mis à jour le 23 janvier 2020
Publié le 23/01/2020 à 5:22 , , , , ,




Dans la nuit du 15 décembre dernier, l’ancien président François Bozizé regagnait en catimini la Centrafrique après un exil de six ans. Toujours frappé par un mandat d’arrêt international pour crimes contre l’humanité et incitation au génocide, M. Bozizé attendait depuis d’être reçu à la présidence. Le président Faustin Archange Touadéra lui a finalement accordé une audience le mercredi dernier dans l’après-midi. 

L’ex-président Michel Djotodia avait immédiatement été reçu par le président Touadéra à son retour d’exil le 10 janvier dernier. Tous les regards s’étaient alors tournés vers François Bozizé, rentré trois semaines plus tôt. Après plusieurs tentatives vaines, le président Touadéra a finalement reçu François Bozizé mercredi après-midi. L’audience a duré près d’une heure, au terme de laquelle M. Bozizé est sorti l’air serein. « Aucune déclaration n’a été faite à l’issue de ce tête-à-tête » a commenté le porte-parole de la présidence Albert Yaloké Mokpem.

Selon Bertin Béa, Secrétaire général du parti Convergence nationale dit « Kwa na kwa » (parti de François Bozizé), les deux dirigeants auraient abordé la question de l’attribution du passeport de François Bozizé. L’ancien chef d’Etat aurait demandé au président Touadéra de régulariser la situation de certains militaires proches de lui et exclus des rangs. L’examen du projet de loi sur le statut des anciens chefs d’Etat aurait également figuré à l’ordre du jour. Malgré la mine satisfaite de l’ancien chef d’Etat au sortir de l’audience, le sentiment n’est pas partagé par ses supporters. « Le format de la rencontre telle que nous l’avons souhaité n’a pas été respecté (…) La rencontre devait se dérouler avec les deux présidents, les représentants de la Communauté des États d’Afrique centrale et de l’Union africaine » a déclaré Bertin Béa à l’Agence France Presse (AFP).

Un accueil mal perçu par le clan Bozizé mais salué par d’autres qui estiment qu’en recevant le chef d’Etat déchu, le président Touadéra a fait un pas en avant dans sa tentative de paix et de résolution de la guerre, qui déchire le pays et a contraint près de 5 millions d’habitants à fuir leur domicile. Bien qu’une baisse des violences ait été constatée depuis l’accord de paix entre le gouvernement centrafricain et 14 groupes armés, les affrontements entre civils et milices se poursuivent. La situation centrafricaine n’est pas sans rappeler celle du Burkina-Faso, où une partie de l’opinion publique souhaiterait que le président Kaboré autorise l’ancien président Blaise Compaoré à regagner le pays. En effet, depuis la chute de Compaoré en 2014, le Burkina-Faso jusqu’alors en paix, est en proie à des attaques terroristes à répétition. Pour beaucoup, l’ancien président Compaoré était le meilleur rempart contre la menace jihadiste.

Le parallèle est inévitable avec la Côte d’Ivoire, fragilisée par les derniers remous suscités par le mandat d’arrêt international lancé contre Guillaume Soro pour « tentative grave d’atteinte à l’autorité de l’Etat et atteinte à l’intégrité du territoire national ». À l’aube de l’élection présidentielle le président Alassane Ouattara emboîtera-t-il le pas au président Touadéra sur le chemin de la paix ? Il y a peut-être espoir, puisqu’en marge du Sommet Royaume-Uni-Afrique à Londres, Alassane Ouattara a déclaré dans une interview à la BBC que « Guillaume Soro c’est mon fils. C’est un garçon que je considère et qui a beaucoup appris à mes côtés ». Un signe de dégel? Attendons pour voir.

Manuela Pokossy-Coulibaly

7info.ci

7info.ci_logo

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter 7info

L’INFO, VU DE CÔTE D’IVOIRE