Défense

Hamed Bakayoko appelle à la mobilisation générale autour de l’Académie internationale de lutte contre le terrorisme (AILCT)

Mis à jour le 25 octobre 2019
Publié le 25/10/2019 à 5:21 , , , ,




Le ministre d’Etat, ministre de la Défense ivoirien, Hamed Bakayoko a appelé le jeudi 24 octobre à la mobilisation générale autour de l’académie internationale de lutte contre le terrorisme implanté dans son pays la Côte d’Ivoire.

Le défi de la lutte contre le terrorisme est grand, et pour le relever il faut le soutien de tous. Ce jeudi 24 octobre à l’école de police nationale d’Abidjan, où se tenait la présentation officielle du projet d’académie internationale de lutte contre le terrorisme, le ministre d’Etat, ministre de la Défense ivoirien, Hamed Bakayoko, l’a fait savoir.

« Il est clairement démontré aujourd’hui que la paix n’est pas une notion régionale ou sous régionale. On parle aujourd’hui de paix globale. Il est clairement démontré que tout ce qui se passe sur un territoire comme au Burkina Faso, comme au Mali, comme au Niger, a à court moyen et long terme, un impact sur l’économie, sur la paix globale et la stabilité de toutes les nations. Donc ce n’est même pas un projet pour la Côte d’Ivoire ou pour la sous-région ouest africaine ou pour l’Afrique. C’est un projet pour le monde », a indiqué le ministre d’Etat ivoirien.

L’Académie internationale de lutte contre le terrorisme est un projet porté par le France et la Côte d’Ivoire. Mais pour Hamed Bakayoko, il a une portée internationale. Il invite à ce titre la participation de tous pour son succès. « C’est un projet initié par la Côte d’Ivoire et la France…mais il faut que tout le monde soit concerné parce que l’enjeu est global. Je vais souhaiter que tous les pays représentés ici apportent leurs expertises, leur soutien financier, logistique, en matière de formation car l’enjeu est global », souhaite t-il.

C’est un apport nécessaire, fait savoir le ministre d’Etat. Selon lui, l’implication générale permettra d’apporter une réponse appropriée à ce fléau qui change sans cesse de forme. « Le phénomène du terrorisme, cette guerre asymétrique a pris des formes qui évoluent tous les jours. Et on est toujours dépassé. Excusez-moi du terme, mais ils ont toujours une avance. Il y a quelques années, la cible était les endroits qui accueillent le public. A savoir les hôtels, les restaurants. Aujourd’hui, les États se sont organisés pour sécuriser ces endroits. Ils ciblent désormais les villages, les mosquées, bref les endroits où il y a un faible niveau d’encadrement et de quadrillage des forces de Défense…. Il est donc important aujourd’hui que nous ayons dans nos États des hommes et des femmes qui soient bien formés sur l’évolution de ce phénomène afin que nous puissions anticiper », exhorte Hamed Bakayoko.

L’Académie internationale de lutte contre le terrorisme (AILCT) repose sur trois piliers a indiqué l’ambassadeur de France en Côte d’Ivoire, Gilles Huberson. C’est une école de formation des cadres, sur le principe d’une école nationale à vocation régionale (ENVR) ; dédiée aux acteurs de la lutte contre le terrorisme en situation de responsabilité et issus des différents ministères. Son ambition est de favoriser la prise en compte globale du terrorisme, depuis le renseignement jusqu’au traitement judiciaire en passant par l’action des forces spécialisées.

Le second pilier a indiqué l’ambassadeur Gilles Huberson, est que l’AILCT est un centre d’entraînement pour les forces spéciales et les unités d’intervention spécialisées. Ce centre a pour objectif d’accueillir des unités constituées pour les entraîner et les spécialiser sur différents types d’intervention anti-terroriste. Le troisième pilier fait savoir que c’est institut de recherche stratégique dédié à l’étude de la menace, au partage de doctrine, à l’échange des retours d’expérience. Ce pilier de l’AILCT poursuit Gilles Huberson, sera consacré à la réflexion et l’analyse stratégique.

Si la réalisation de ce projet à un coût, pour l’ambassadeur de France en Côte d’Ivoire, il faut privilégier l’intégration et l’appropriation par tous. « Ce n’est pas une question d’argent. C’est un sujet important et stratégique. L’important est la participation de tous. Il est vrai que ce sont la Côte d’Ivoire et la France qui ensemble l’ont initié avec cet acte fondateur de nos deux chefs d’Etat, mais c’est un projet pour le continent, pour la sous-région. Donc le plus important est l’intégration de tous. Il faut juste que chacun se demande comment être plus efficace », soutient-il.

Et de révéler que cette académie a déjà commencé ses activités avec la formation des cadres. Ensuite suivra « à partir de l’été prochain la formation des forces spécialisées qui pourront s’entraîner à Jacqueville ».

L’Académie internationale de lutte contre le terrorisme (AILCT) est installée à Jacqueville dans le Sud-ouest de la Côte d’Ivoire, à 35 Km d’Abidjan sur plus de 1000 hectares.

Richard Yasseu

7info.ci  

7info.ci_logo

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter 7info

L’INFO, VU DE CÔTE D’IVOIRE