International

Europol aux trousses d’une proxénète nigériane

Mis à jour le 18 octobre 2019
Publié le 18/10/2019 à 3:07 , , ,




L’agence européenne de coopération policière est aux trousses d’une proxénète nigériane considérée comme la fugitive la plus recherchée d’Europe.   

Europol recherche activement, Jessica Edosomwan, proxénète nigériane en fuite depuis 2017. L’agence de coopération de polices européennes reproche à cette africaine d’être membre d’un réseau de proxénétisme nigérian qui exerçait dans le sud-est de la France. Elle est considérée comme l’une des fugitives les plus recherchées par Europol.

Identifiée comme bras droit d’un réseau de proxénètes implanté dans le sud-est de la France,  elle avait échappé de justesse à une interpellation au cours de laquelle, 26 membres de ce réseau ont été arrêtés.

«Le mode opératoire de ces réseaux nous laisse à penser que cette femme pourrait se trouver en Belgique ou en Allemagne, où elle peut bénéficier de relais », soutient Jacques Croly Labourdette, chef de la Brigade nationale de recherche des fugitifs.  Et de révéler que les 26 complices  de la fugitive nigérianes seront jugés bientôt par le tribunal de Lyon.

Selon le chef la brigade nationale de recherche des fugitifs, Jessica Edosomwan et ses complices faisaient entrer illégalement des filles en France qu’ils prostituent. Ces dernières devaient faire le commerce du sexe pour rembourser entre 50.000 et 60.000 euros déboursés pour les faire venir en Hexagone.

Aujourd’hui, la photo de Jessica Edosomwan est en première sur le site Europe’s Most Wanted. La police française explique ce choix par le fait que l’agence européenne de coopération policière depuis un certain temps met en avant un fugitif par pays de l’Union Européenne. Le but est de montrer le visage de la personne recherchée au grand public afin de collecter des informations susceptibles de permettre à Europol de mettre aux arrêts les criminels recherchés.

Arnaud Houssou

7info.ci

7info.ci_logo

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter 7info

L’INFO, VU DE CÔTE D’IVOIRE