Société

Etat civil, 28% des enfants de moins de 5 ans pas déclarés en Côte d’Ivoire

Mis à jour le 11 décembre 2019
Publié le 11/12/2019 à 5:00 , ,




Ils ne sont pas déclarés à l’état civil, pourtant le nombre d’enfant dans le monde ne cesse de croître. En Côte d’Ivoire, l’Unicef estime que 28% d’enfants de moins de 5 ans n’ont jamais été officiellement déclarés.

Dans un communiqué de presse dont 7info.ci a eu copie, l’Unicef qui cite son rapport titré « L’enregistrement des naissances pour chaque enfant d’ici à 2030 : Où en sommes-nous? », fondé sur l’analyse de données provenant de 174 pays, annonce que, la proportion mondiale d’enfants de moins de 5 ans dont la naissance a été déclarée, a progressé de près de 20 % en dix ans, passant de 63% à 75%. Mais si ces statistiques sont en hausse, plusieurs pays africains cependant, et principalement ceux de la partie subsaharienne, accusent un retard par rapport au reste du monde. La Côte d’Ivoire en fait partie.

Selon l’Unicef dans son rapport sur la situation des femmes et des enfants-MICS 2016, la progression au niveau national est de 17% entre 2006 et 2016. Et 28% des enfants de moins de 5 ans soit près d’un million ne sont toujours pas enregistrés. Des efforts sont tout de même fait pour remédier cette situation dans le pays. « L’opération spéciale de rattrapage organisée entre 2017 et 2019 a permis à plus de 600 000 écoliers d’obtenir un extrait de naissance. Le nouveau mécanisme d’enregistrement des naissances avec les agents de santé est en train d’augmenter le nombre de nouveaux nés qui sont déclarés – gratuitement – dans les délais de 3 mois. Ceci va considérablement impacter le taux d’enregistrement des naissances », a déclaré Marc Vincent, Représentant de l’UNICEF en Côte d’Ivoire, mentionne le communiqué.

Mais selon l’Unicef, plusieurs freins empêchent encore le respect de ce délai d’enregistrement. Ce sont « l’éloignement des centres d’enregistrement et certaines pratiques traditionnelles auxquels s’ajoutent des dysfonctionnements (rupture de registres et d’imprimés etc) dans des services d’état civil ».

« Les Gouvernements doivent passer à l’échelle les solutions dont il est prouvé qu’elles améliorent l’enregistrement des naissances s’ils veulent atteindre l’Objectif de développement durable de faire en sorte que chaque enfant compte », suggère Marie-Pierre Poirier, Directrice Régionale de l’UNICEF pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre, comme cité dans le communiqué.

Pour ce faire, l’organisation des nations unies pour l’enfance invite les Etats à l’application de certaines actions qui ont pour effet de protéger tous les enfants et donner à chacun d’eux une identité. Il s’agit de fournir à chaque enfant un certificat dès sa naissance, de donner les moyens à chaque parent, indépendamment du genre, d’enregistrer leurs enfants à la naissance et gratuitement pendant leurs premiers trois mois de vie. L’Unicef appelle aussi à lier l’enregistrement de la naissance à d’autres systèmes tels que la santé, la protection sociale et l’éducation pour assurer à chaque enfant l’obtention d’un certificat de naissance, à investir dans des solutions technologiques sûres et novatrices afin de faciliter l’enregistrement des naissances, y compris dans les zones difficiles d’accès, et enfin, à mobiliser les communautés pour exiger l’enregistrement de chaque enfant à la naissance.

Richard Yasseu

7info.ci 

7info.ci_logo

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter 7info

L’INFO, VU DE CÔTE D’IVOIRE