COVID-19 Eco-business

COVID-19, la BAD plaide pour un allègement des dettes des pays africains

Mis à jour le 17 février 2021
Publié le 17/02/2021 à 1:02 , , , , , , ,

« Pour se redresser rapidement, l’Afrique aura besoin d’une importante remise de dette de la part des créanciers bilatéraux et multilatéraux», a déclaré le premier responsable de la Banque africaine de développement (BAD).

S’exprimant lors d’une rencontre virtuelle organisée en son honneur comme personnalité africaine de l’année 2020, pour le magazine African Leadership, Akinwumi A. Adesina, le président de la Banque africaine de développement (BAD) a relevé que, tant que le coronavirus ne sera pas contrôlé partout dans le monde, personne ne se trouvera en sécurité.

Akinwumi Adesina a indiqué que la BAD, en collaboration avec ses partenaires, continuera à s’investir pour le redressement et le développement de l’Afrique après la pandémie, en axant ses efforts sur les jeunes, les femmes et les soins de santé.

A lire aussi: BAD-DR AKINWUMI ADESINA MAINTENU A LA PRESIDENCE POUR UN SECOND MANDAT DE CINQ ANS

« Ensemble, nous créerons de nouvelles opportunités pour les jeunes d’Afrique et nous produirons un système de richesse pour l’Afrique s’appuyant sur la jeunesse. Ensemble, nous ferons en sorte d’offrir des prêts aux femmes d’Afrique », a-t-il promis.

« Ensemble, nous allons aider l’Afrique à construire un système de santé de classe mondiale et de qualité, tout en veillant à ce que le continent développe sa production industrielle pharmaceutique et vaccinale », a souligné Akinwumi A. Adesina à la fin de la rencontre.

Le président de la plus grande institution financière de l‘Afrique a également estimé qu’un allègement important de la dette sera indispensable à l’accélération de la reprise des économies africaines après la pandémie de Covid-19. « Pour se redresser rapidement, l’Afrique aura besoin d’une importante remise de dette de la part des créanciers bilatéraux et multilatéraux», a-t-il déclaré lors de cette rencontre à laquelle ont participé Douye Diri, le gouverneur de l’État nigérian de Bayelsa, et Benoy Berry, le président de Contec Global Worldwide. « Alors que les pays développés ont dépensé des milliards de dollars pour leur relance budgétaire, l’Afrique ne dispose pas de telles ressources. Le paiement des vaccins viendra alourdir le poids de la dette, pourtant déjà élevé », a mis en garde Akinwumi Adesina.

Diané Drissa

7info.ci

7info.ci_logo

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter 7info

L’INFO, VU DE CÔTE D’IVOIRE