Société

Artisans et cabinets de formation de Bouaké satisfaits des prestations du FDFP

Mis à jour le 13 août 2020
Publié le 13/08/2020 à 3:29 , , ,




OUATTARA Siaka, président de la chambre nationale des métiers s’est satisfait de <<l’action de visibilité>> menée par le secrétariat général du Fonds de Développement de la Formation Professionnelle (FDFP), ce jour lors de la rencontre entre la délégation de cette structure, les artisans et cabinets de formation et PME de Bouaké. N’diamoi Ismaël, chef de formation d’un cabinet a traduit la méconnaissance des entreprises sur le FDFP, ses attributions et missions.
C’est en réponse aux préoccupations recueillies le 12 juillet 2019, lesquelles portaient sur le retard de paiement, le déficit d’informatique et liaison internet dans les antennes FDFP, le retard dans le contrôle des actions de formation, que Ange Léonid Barry Battesti, secrétaire général du FDFP et sa délégation sont venus rencontrer les partenaires de la structure.
Il est évident que cette tournée, débutée à Daloa le 9 août dernier et qui s’est poursuivie à Séguéla et Mankono avant Bouaké n’aurait pu être sans l’accord du comité de gestion présidé par le ministre Joël N’guessan.
Ange Léonid Barry Battesti a reconnu devant ses partenaires de Bouaké qu’à l’arrivée de la nouvelle direction, dirigée par Joël N’guessan, en janvier 2019 et lui-même en avril 2019, <<l’environnement de la formation professionnelle était en difficulté>>, « des difficultés avec des cabinets de formation, des promoteurs de projets, des bénéficiaires » . « Le FDFP avait des difficultés institutionnelles, les règlements se faisaient à compte-gouttes » a reconnu Ange Leonid Barry Battesti.
Après les avis recueillis dans les 6 antennes du FDFP, la nouvelle direction a apporté des réponses diligentes et efficaces aux attentes des partenaires par la tenue de 7 comités de pilotage et 7 comités de gestion en 2019, contre 4 et 1 en 2018.
 Mais, le secrétariat général, a proposé et obtenu du comité de gestion, l’externalisation du contrôle des actions de formation, 3906 entre 2014 et 2018, le passage de 3 à 1 an pour le délai de contrôle, la mise à disposition d’une connexion internet viable dans les antennes, le renforcement des capacités informatiques de celle-ci, le recrutement de personnel actuellement en formation, la réduction du délai de remboursement passé à 28 jours désormais.
<<Mais à partir de cette année, le long délai d’un an pour les actions de formation sera un vieux souvenir. Les contrôles seront plus fluides et permanents>>, a assuré le Secrétaire Général du FDFP.
Il a annoncé depuis Bouaké, <<la digitalisation de l’ensemble des services>>, suite à l’impact de la Covid19 « pour rendre plus performants nos services et rechercher des ressources additionnelles >>  a soutenu le Secrétaire général du FDFP.
Ange Léonid Barry Battesti a indiqué que cette tournée s’imposait <<après un an d’activités au bilan satisfaisant>>.
<<Nous avons eu des améliorations en terme de financement de projets, de paiements>>, s’est satisfait le secrétaire général du FDFP qui a annoncé le paiement de plus de 8 milliards Fcfa au titre des actions de formation aux entreprises et aux cabinets de formation ainsi que la validation de 11 mille plans de formation.
A Bouaké, Kanga Innocent, chef d’antenne a indiqué qu’une <<trentaine de projets sont en instruction>>, 200 femmes sont formées à la culture du champignon comestible, le renforcement des capacités des personnels de 57 restaurants, la formation de 240 membres de la chambre nationale des métiers de Bouaké pour leur insertion dans la production des maraîchers, la formation de 150 artisans et la formation de jeunes entrepreneurs pour des cultures hors-sol.
Bien avant en 2019, 1118 actions de formation pour un montant de plus de 619 millions ont été menées. Les actions contrôlées sont de l’ordre de 1174 pour plus de 728 millions. En 2018, 6 projets collectifs et des projets d’apprentissage ont bénéficié de plus de 642 millions fcfa de financement. Pour finir, OUATTARA Siaka président de la chambre nationale des métiers de Bouaké a indiqué que les membres de sa chambre souhaitent bénéficier de projets de mise en apprentissage.
Cette mission aura permis au FDFP de discuter directement avec les bénéficiaires de ses prestations, mais surtout de jauger sa visibilité sur le terrain, là où il reste beaucoup à faire.
Adam’s Régis Souaga
7info.ci_logo

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter 7info

L’INFO, VU DE CÔTE D’IVOIRE