Société

Voici les services et personnalités corrompus selon les Ivoiriens

Mis à jour le 2 août 2019
Publié le 02/08/2019 à 8:08 , ,




« Le baromètre global de la corruption en Afrique 2019 » (en anglais) édité par Transparency International, vient d’être rendu public avec la Côte d’Ivoire à la 31è place et avec comme principaux indicateurs, la perception des citoyens sur la corruption dans le pays.

Par ordre, 49% des ivoiriens jugent leur police de corrompue suivi des milieux d’affaires (44%), les membres du gouvernement (33%), les représentants régionaux et départementaux de l’Etat (32%).

Les Magistrats arrivent en 5è position des plus corrompus selon leurs compatriotes devant les Députés (31%) et même les chefs traditionnels (15%).

Ce classement est établi par rapport à une base prenant les douze derniers mois donc à partir d’août 2018.

Ainsi, 40% des ivoiriens sondés estiment que « la corruption a augmenté ces douze derniers mois », 34% des usagers du service public soutiennent avoir payé des dessous de table dans la même période et 58% des ivoiriens estime que « le gouvernement fait un mauvais travail pour endiguer la corruption ».

55% des compatriotes d’Alassane Ouattara soutiennent que « les citoyens lambda peuvent faire la différence dans la lutte contre la corruption ».

Le gouvernement ivoirien, pour plaire aux partenaires au développement, a mis en place de multiples institutions de lutte contre la corruption dont les actions restent peu visibles du grand public.

La Haute Autorité pur la Bonne Gouvernance (HABG) est la face visible de la volonté politique de mettre un frein aux pratiques improductives.

La dénonciation de la corruption en Côte d’Ivoire ressort dans la quasi-totalité des rapports institutionnels dressés par les partenaires au développement sans qu’une solution forte ne soit pour l’heure, trouvée. Nous y reviendrons.

Adam’s Régis SOUAGA

7info.ci_logo

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter 7info

L’INFO, VU DE CÔTE D’IVOIRE