International

Mort de Bernard Debré, l’Afrique perd un grand ami

Mis à jour le 15 septembre 2020
Publié le 15/09/2020 à 12:57 , , ,
  ;
  ;

Cet urologue réputé au grand cœur a durant sa vie parcouru plusieurs pays africains, où, avec son équipe, il opérait bénévolement en Côte d’Ivoire, en Mauritanie… Nommé ministre de la Coopération par le président François Mitterrand en 1994-1995, il parcourt l’Afrique francophone avec sa blouse de médecin.

Ce médecin chevronné a publié en septembre 2018 un livre « Dépressions, antidépresseurs : le guide« , dans lequel il accuse l’industrie pharmaceutique de recycler les mêmes molécules, à l’efficacité discutable, pour ensuite les vendre dix fois plus cher, et les médecins de prescrire des antidépresseurs inutiles à 80 % des cas. En 2012, son guide des 4 000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux, lui avait valu une interdiction d’exercice pour « non-confraternité », qui fut transformée en blâme.

A lire aussi: L’IDEV RENFORCE LES CAPACITES DANS PLUS DE 26 PAYS D’AFRIQUE

Fils de Michel Debré, Premier ministre du général de Gaulle, auteur de la Constitution de la 5ème République, il se fait élire pour la première fois en 1986, député. Il siège à l’Assemblée nationale française en compagnie de son père et de son frère jumeau Jean-Louis. Pour « en finir avec le système Chirac », ce gaulliste, dissident de l’UMP, se fera élire aux législatives à Paris et y restera 13 ans (2004-2017).

Ses croisades pour le contrôle des médicaments, le dépistage du cancer, contre les stupéfiants, l’amènent à l’East Hospital de Shanghai en Chine où, il opère une fois par mois.

Ce virtuose de la médecine moderne aura mené une vie bien remplie, tant sur le plan politique, professionnel et familial.

Arnaud Houssou
7info.ci 

7info.ci_logo

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter 7info

L’INFO, VU DE CÔTE D’IVOIRE