Libre Expression

Libre Expression | Transition « footballistique » à la FIF !

Mis à jour le 13 mai 2020
Publié le 12/05/2020 à 7:40 , , ,
  ;
  ;

De qui est le programme Didier ? Quelle question, de Drogba bien sûr ! Qui d’autre pouvait en être l’inspirateur ? Je suis encore à me demander comment le rayon de soleil de la planète Football fait-il pour exister là où le COVID-19 et la politique politicienne règnent en Maîtres ou du moins, se livrent une espèce de « guerre » dans une tranchée gorgée d’eau ! C’est que le football n’est plus ce qu’il était au siècle dernier.

L’environnement de ce sport, la génération de nouveaux managers et les acteurs qui produisent le spectacle sur les terrains par championnats interposés, ont littéralement chamboulé son programme de calculs ! Quant aux passions que cet art suscite, elles ont gagné de jeunes âmes qui ne jurent que par lui. De nos jours il y a des prophètes que la planète foot nous donne à voir par occasions successives.

Ce football-là n’est plus le foot d’autrefois. Il a changé. La question est : comment il peut avoir changé ailleurs, et demeuré le même chez nous ? Pour le comprendre faisons un bref état des lieux. En Afrique il y a des pays « développés » du football. En référence un trio : l’Egypte 7 fois, le Cameroun 5 fois et le Ghana 4 éditions remportées de la CAN, la coupe d’Afrique des Nations.

Mon pays, la Côte d’Ivoire ne figure pas au nombre de ces Nations. C’est peut-être à cause du faible nombre de coupes remportées de 1957 (au Soudan) à nos jours ? Tous les cadres qui ont eu l’insigne honneur de diriger la Fédération Ivoirienne de Football (FIF) depuis 1960, étaient tous de providentiels et méritants apôtres du dilettantisme ! C’est-à-dire des hommes et des femmes qui appartenaient à d’autres secteurs d’activités et qui étaient comme, de « charitables vagabonds » au chevet du Foot national.

C’est l’occasion pour nous de rendre un vibrant hommage à ces hommes et à ces femmes qui n’ont pas ménagé leurs efforts pour se mettre au service de cet art sportif qui draine des foules de plus en plus incroyables et de plus en plus imprévisibles avec à la clé, deux coupes -1992 et 2015-. Le foot pour la passion collective qu’il suscite au niveau national pour les équipes nationales, est un baromètre très précis du patriotisme. Seule la passion du foot que nous portons individuellement et parfois collectivement, trahit nos émotions en public et étale nos douces faiblesses.

Partant de ce point de vue, le foot est un champ de compétition ouvert aux pays qualifiés (par clubs ou par équipes nationales) pour la conquête aux trophées.  C’est à celui qui en gagne beaucoup, qui crée les conditions d’une extase collective pour le grand bonheur de son peuple. L’équation est : comment faire pour procurer le maximum de plaisir jubilatoire à ses concitoyens ?

La réponse est simple, il suffit de mettre « dans les poteaux de la FIF » celui d’entre nous qui rayonne par la qualité des aptitudes qu’il faut pour assurer l’inviolabilité de « nos perches » ! Ici en l’occurrence il s’appelle, Drogba Didier. Ce qu’il nous suggère c’est de substituer sa carte de joueur professionnel, par une carte de professionnel de la gestion du Football ivoirien. Il espère quitter le stade de joueur professionnel et éléphant de l’équipe nationale, pour la gestion quotidienne du football national.

Son ambition est noble et archi opportune. Il ne cherche pas cette place pour utiliser le monde du foot ivoire comme un marchepied,  il veut être plutôt la plateforme sur laquelle va reposer le foot de son pays afin de glaner le maximum de lauriers internationaux. En ce 21ème siècle, la candidature de celui qui symbolise et qui incarne médiatiquement notre football, est d’ores et déjà la meilleure chose qui pouvait arrivée aux ivoiriens ! Lui tourné le dos, c’est renoncé à l’esquisse et aux avantages liés au nouvel paramétrage de l’environnement du football et à la revalorisation du footballeur avec dans une posture « mitigée », les « 26 millions » de supporters des éléphants !

Cette nouvelle expérience à laquelle nous invite Didier et son staff, exige de nous supporteurs et serviteurs du foot, une nouvelle ligne  d’état de grâce qui va se charger d’ouvrir et de baliser la voie pour tous les autres !

Assurément le combat de Drogba vise à faire de notre pays terre de foot et du foot par excellence, une des prochaines puissances mondiales de ce sport. A ce titre, notre solidarité lui est toute acquise sans ballotage !

KONE KOBALI

Libre auteur, créateur

7info.ci_logo

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter 7info

L’INFO, VU DE CÔTE D’IVOIRE