Société

Les pleurs des parents face au coût élevé des examens médicaux du Concours des Eaux et forêts

Mis à jour le 12 septembre 2019
Publié le 12/09/2019 à 6:36 , , , ,




Les parents des candidats retenus pour la visite médicale après les inscriptions en ligne et les pré-visites se plaignent du prix trop élevé des visites qui s’élèvent à 120 000 F CFA.

Ce lundi  09 septembre, tôt le matin, ont débuté les visites médicales des candidats postulant pour le concours de recrutement des agents des Eaux et Forêts. Visite qui se déroule à la clinique FARAH de Marcory résidentielle (Abidjan) pour prendre fin ce jeudi 19 septembre.

Selon les avis recueillis par 7info.ci, la visite se passe bien dans l’ensemble. <<Pas de bagarre pour le moment>> soutient une femme venue accompagner son fils. Aussi, un dispositif de sécurité est-il mis en place pour éviter tout incident et tout débordement des candidats.

 Nonobstant la bonne marche de l’activité et le dispositif de sécurité en place, des cris se font entendre. Le coût de la visite qui est de 120000 F CFA est jugé <<exorbitant>> par les candidats et les parents de candidats en considérant les examens au programme. En marge de cette visite médicale, a eu lieu  la  pré-visite à Bingerville, à 20 000 F CFA. Les parents expriment leur inquiétude face aux dépenses relatives à ce concours. << Je suis la mère, en même temps le père de 4 enfants, je dois payer la scolarité de ces 4 enfants alors que je ne suis qu’une ménagère. Je suis obligée de vendre de la cigarette pour subvenir aux besoins de la famille. J’ai dû m’endetter pour pouvoir payer les frais de visite de mon fils parce qu’il  avait envie de le faire et moi je me sentais obligée >> a répondu une autre femme, avec tristesse.

Cette visite concerne 517 filles et 2381 garçons qui passent par vague de 300 par jour d’ici ce jeudi. Des désistements de candidats sont enregistrés à cause du coût de la visite médicale et des disparitions de dossier, a constaté 7info.ci.

Camara Mohamed, stagiaire.

7info.ci_logo

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter 7info

L’INFO, VU DE CÔTE D’IVOIRE