Législatives 2021

Législatives 2021, des associations de femmes dénoncent des « menaces » contre les candidates

Mis à jour le 22 février 2021
Publié le 22/02/2021 à 9:41 , ,

Plusieurs associations de femmes ne sont pas contentes du traitement des candidates dans ce processus électoral des législatives 2021. Réunies le samedi 20 février à Abidjan Cocody 7eme Tranche, elles dénoncent des menaces dont sont victimes certaines candidates.

Plusieurs centaines de femmes vêtues de blanc avec à leur tête Rachel Gogoua, experte en genre et membre influent de la société civile ont exprimer à travers une manifestation leur ras-le-bol face aux intimidations de menaces dont sont victimes des femmes-candidates aux législatives du 6 mars prochain.

A lire aussi: ASSEMBLEES ELUES, VOICI POURQUOI LES FEMMES SONT MOINS REPRESENTEES 

« Les femmes qui se sont battues pour constituer leurs dossiers et qui font partie de la liste de candidatures retenues par la Commission électorale indépendante (CEI), font l’objet d’intimidation et de menaces mais, aussi leurs parents sans oublier les électeurs. Cette situation est d’autant plus grave que nous ne pouvons pas rester sans attirer l’attention des autorités nationales. Nous pensons que le président de la République doit faire attention à cette situation et doit prendre les mesures qui s’imposent car le temps aidant, les choses ont changé. Le peuple s’est auto-éduqué et ne peut plus continuer de faire l’objet de mépris », indiqué Rachel Gogoua.

L’ autre grief des femmes de la société civile, est la composition des listes de candidatures de l’ensemble des formations politiques. Elles ne satisfont pas au quota de 30% tel que prévu par la loi 2019-870 du 14 octobre 2019.

« Nous croyons que notre pays allait appliquer tous ces textes. Malheureusement, ils ne sont pas appliqués. On a fait des rencontres, des séminaires des plaidoyers. Malheureusement rien est fait », a déploré l’experte en genre.

Arnaud Houssou

7info.ci

7info.ci_logo

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter 7info

L’INFO, VU DE CÔTE D’IVOIRE