Société

Gare routière interurbaine d’Abidjan, pourquoi ça coince ?

Mis à jour le 9 août 2021
Publié le 29/04/2021 à 10:00 , ,

La gare routière interurbaine d’Abidjan, plusieurs fois annoncée, tarde à voir le jour. Le site désigné pour l’accueillir est encore vide.

La pose de la première pierre de la nouvelle gare routière interurbaine d’Abidjan dans la commune d’Adjamé s’est tenue le 25 juillet 2013. Les premiers coups de pioche ont démarré deux ans plus tard, le 7 octobre 2015. Depuis, tout est à l’arrêt.

Le site de sa construction est déjà trouvé, la maquette déjà conçue. Mais toujours rien quant à sa réalisation. La gare routière interurbaine d’Abidjan, plusieurs fois annoncée, tarde à voir le jour. Située sur l’ancien site de la casse d’Adjamé, cette nouvelle gare est un projet qui avait pour ambition d’offrir une plateforme de transports répondant aux standards internationaux. Il promettait apporter un souffle nouveau à la capitale économique de la Côte d’Ivoire. Ce joyau architectural devrait représenter à la fois une vitrine et un véritable hub de référence des transports en commun routiers dans la sous-région.

A LIRE AUSSI : Reportage – Gare routière internationale d’Abidjan: des herbes à la place des cars, menus travaux en cours, Alassane Ouattara trompé ?

Plusieurs années après son lancement en 2013 sous une pluie battante, par le président ivoirien Alassane Ouattara lui-même, aucun véhicule ni bâtiment n’est visible sur le site. La nature ayant horreur du vide, la place balisée au départ pour l’œuvre est en grande partie recouverte de hautes herbes et d’arbustes. Des commerces de tout genre et principalement la vente de bétails ont aussi recolonisé l’ancienne casse d’Adjamé.

Les raisons du retard du démarrage

Dans un échange avec la presse en 2018, le ministre des Transports, Amadou Koné, avait donné les raisons de ce retard. Pour lui, les études qui ont abouti au lancement des travaux n’avaient pas été bien menées. Il a fait savoir qu’il y a des insuffisances et la découverte de réseaux souterrains omis dès le départ. Ce sont entre autres la présence dans le sous-sol du site d’installation d’eau, d’électricité et de câbles de téléphonie mobile à déplacer avant les gros œuvres.

« J’ai dû moi-même faire quelques déplacements sur le terrain pour mettre la pression. D’ici la fin de cette année, pour nous il apparaît clair que si l’opérateur ne démarre pas les gros œuvres nous allons donc prendre certainement des décisions », avait-il signifié. Amadou Koné avait en outre fait remarquer qu’il fallait désormais prendre en compte le passage sur le site du métro d’Abidjan qui nécessite une réévaluation des financements.

A LIRE AUSSI : Transport terrestre – phénomène Gnambros, le ministre Amadou Koné des Transports, « nous en sommes nous-même victimes »

Face aux rumeurs d’avortement du projet, le ministre a tenu à rassurer les acteurs du transport que les travaux de démarrage reprendront très bientôt pour le plus grand bonheur des populations.

La Gare routière interurbaine d’Abidjan devait permettre, à terme, de régler le flux de véhicules aux heures de pointe. Une fois livrée, elle facilitera la mobilité à Abidjan et permettra de s’insuffler une nouvelle dynamique au secteur des transports qui a longtemps suscité le courroux des usagers.

En attendant sa réalisation, les Abidjanais continuent de fréquenter les gares existantes.

7info.ci_logo

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter 7info

L’INFO, VU DE CÔTE D’IVOIRE