Côte d’Ivoire

CPI –  Fadi El Abdalah (Porte-parole): « Pas de spéculation sur la date ou le contenu de la décision des juges »

Mis à jour le 11 décembre 2018
Publié le 11/12/2018 à 2:08 , ,




Les Juges de la Cour pénale internationale, par une majorité se retrouvent ce jeudi 13 décembre pour statuer sur le cas de l’ex-président ivoirien, Laurent Gbagbo.
 
« La Cour Pénale Internationale (CPI) n’a pas donné de date pour le verdict du procès conjoint Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé« , a précisé ce mardi 11 décembre le porte-parole de cette juridiction internationale ce jour à PôleAfrique.info.
 
« Nous ne pouvons pas spéculer sur la date ou le contenu de la décision des juges. Aucune date n’a été indiquée pour cette décision », a révélé Fadi El Abdalah le porte-parole, joint dans la matinée de ce mardi par Poleafrique.info.
 
Le 22 novembre dernier, à la clôture de la présentation des plaidoiries des avocats de la Défense de l’ex-dirigeant ivoirien et Charles Blé Goudé, le Juge Cuno Tarfusser, président de la Chambre de première instance I de la CPI, déclarait que ses collègues et lui disposent d’éléments pour statuer sur les requêtes aux fins d’acquittement formulées par les défenses des accusés. Et que « Cette décision sera prise en temps opportun et bien évidemment aussi rapidement que possible », sans toutefois préciser la date. Courant novembre 2018, par voie de presse, des informations annonçaient le verdict du procès Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé pour Janvier 2019.  
 
Fadi El Abdalah, le porte-parole de la CPI a en revanche confirmé l’audience à huis-clos dans l’affaire Gbagbo – Blé Goudé ce jeudi 13 décembre 2018 relativement à une demande de mise en liberté provisoire de l’ex-dirigeant ivoirien.   
 
« L’audience sera tenue en vue d’entendre les parties et les participants, ainsi que des représentants du Greffe notamment sur les questions du maintien en détention, sa pertinence ou les modalités d’une mise en liberté provisoire. Même si l’audience aura lieu à huis clos, toute décision de la CPI qui serait prise sur cette question serait rendue de façon publique ultérieurement en temps voulu », a dit Fadi El Abdalah.
 
Le porte-parole de la CPI précise en outre que « Le 20 avril 2018, à la majorité, le juge Cuno Tarfusser dissident, la Chambre avait rejeté la demande de mise en liberté provisoire de M. Gbagbo. La Règle 118 (3) du Règlement de procédure et de preuve précise que, sur la question du maintien en détention, la Chambre « peut, d’office ou à la demande du Procureur ou du détenu, décider de tenir une audience. Elle tient une audience au moins chaque année ».
 
L’ex-chef de l’Etat de Côte d’Ivoire et Charles Blé Goudé sont accusés de « crimes de guerre, crime contre l’humanité » au sortir de la crise postélectorale 2010. Cette demande de mise en liberté provisoire est la 13ème. La CPI a jusque-là refusé de l’accorder à l’accusé Laurent Gbagbo à qui on reproche ses soutiens à l’extérieur.
 
Richard Yasseu
Source : rédaction Poleafrique.info   
7info.ci_logo

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter 7info

L’INFO, VU DE CÔTE D’IVOIRE